Migrations

Les jeunes exilés du Palais-Royal gagnent leur mise à l’abri, sans garantie sur la durée

Migrations

Ces jeunes exilés dorment dans des tentes à quelques centimètres d'une voie rapide. Le balai incessant des moteurs perturbe leur sommeil et les met en danger. © Photo Yunnes Abzouz / Mediapart
Les associations ont obtenu la mise à l’abri des jeunes isolés qui campaient devant le Conseil d’État depuis vendredi. Un accueil au rabais, regrettent les bénévoles, qui demandent un hébergement pérenne et une prise en charge médicale et sociale.

Une Iranienne fuit la répression, elle est menacée d’expulsion par la France

Migrations — Enquête

Début novembre, une exilée iranienne s’est vu notifier une obligation de quitter le territoire français et a été placée en rétention à Toulouse, alors qu’elle avait fui la répression. Le préfet de l’Aude assume sa décision. Le ministère de l’intérieur le contredit.

Troubles dans la race

Migrations — Parti pris

Faut-il s’étonner que des enfants d’immigrés parvenus au pouvoir mènent des politiques hostiles aux migrants, voire endossent des politiques nativistes ? Ces trajectoires marquent les dérives d’un « antiracisme libéral » inconséquent, voire malfaisant.  

« La situation devient chaque jour plus urgente » : de jeunes exilés campent devant le Conseil d’État pour réclamer leur mise à l’abri

Migrations — Reportage

Un camp a été dressé vendredi devant les grilles du Conseil d’État. © Photo Yunnes Abzouz / Mediapart
Depuis six mois, plus de trois cents jeunes exilés vivent sous les ponts à Ivry-sur-Seine. Alors que le froid s’installe, des associations alertent sur la situation de ces adolescents qui manquent de tout. Vendredi, ils ont dressé un camp devant les grilles du Conseil d’État, à Paris, pour faire entendre leur voix.

Un Syrien menacé d’expulsion, victime d’un engrenage infernal et de la politique du chiffre

Migrations — Enquête

Mediapart a rencontré un Syrien de 22 ans enfermé en rétention près de Roissy. Alors que les relations diplomatiques sont rompues avec le régime Assad, des contacts ont été pris en vue de son renvoi, d’après nos informations. Son « obligation de quitter le territoire français » a été validée par la justice. 

Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent

Migrations — Enquête

En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.

Étrangers sous OQTF exclus de l’hébergement d’urgence : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime

Migrations — Analyse

Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.

Ahmed Didar, 27 ans, mort noyé dans la Manche avec ses rêves de vie meilleure

Migrations — Reportage

L’Afghan espérait « trouver la lumière » en Angleterre, un emploi qui sortirait de la misère les siens restés au pays. Il est mort il y a un an dans le naufrage de Calais. Mediapart a retrouvé sa famille à Kaboul. 

Ces frontières qui tuent dans l’indifférence

Migrations — Entretien

Alors que les enquêteurs pointent la non-assistance à personne en danger des sauveteurs français dans le naufrage de Calais, Mediapart fait le point sur ces frontières qui tuent dans l’indifférence.

Naufrage dans la Manche : « Mon frère n’a pas été considéré comme un être humain par les secours »

Migrations — Entretien

Il y a un an, 27 personnes sont décédées dans le naufrage de leur embarcation en essayant de rejoindre le Royaume-Uni. Zana Mamand Mohammed a perdu son frère, Twana, 18 ans, dont le corps n’a toujours pas été retrouvé. Auditionné dans le cadre de l’enquête, il a accepté de témoigner auprès de Mediapart. 

Le Conseil d’État valide l’accueil au rabais des rescapés de l’Ocean Viking

Migrations

Des associations contestaient la création de la zone d’attente dans laquelle ont été enfermés les exilés après leur débarquement dans le port militaire de Toulon. Bien qu’elle ait reconnu « des insuffisances », la plus haute juridiction administrative a donné raison au ministère de l’intérieur, invoquant des « circonstances exceptionnelles ».

« Ocean Viking » : la justice ordonne la remise en liberté de dizaines de rescapés

Migrations — Reportage

Leur maintien en « zone d’attente », au-delà de quatre jours, devait être autorisé par des magistrats. Ceux du tribunal de Toulon, puis de la cour d’appel d’Aix-en-Provence, ont dit stop. À l’issue d’un marathon judiciaire inédit et d’une nouvelle épreuve pour les passagers du navire de SOS Méditerranée.

« Ocean Viking » : les fourberies de Darmanin

Migrations — Parti pris

Le ministre de l’intérieur a annoncé, mardi 15 novembre, que 44 des 234 rescapés de l’« Ocean Viking » seront expulsés dans leur pays d’origine, tandis que la majorité des autres seront relocalisés dans des pays de l’Union européenne. La fable de la générosité française s’est rapidement fracassée sur l’obsession de Gérald Darmanin de ne pas donner de prises au RN, en acceptant de secourir, mais pas d’accueillir.

Avec les rescapés de l’Ocean Viking : « Pourquoi autant de militaires ? Nous sommes des réfugiés »

Migrations — Reportage

Mediapart a pu visiter avec deux parlementaires la « zone d’attente » dans laquelle sont retenus, depuis vendredi, les exilés débarqués à Toulon. Ces élus de gauche émettent des doutes sur le respect du droit d'asile. Des associatifs estiment que les migrants, au motif qu’ils sont vulnérables après leur traversée, devraient être libérés.

À peine débarqués, les rescapés de l’« Ocean Viking » sont privés de liberté

Migrations — Reportage

C’est sous escorte militaire que le navire de SOS Méditerranée a pu s’amarrer à Toulon. Les migrants, dont des enfants, ont été transférés dans une « zone d’attente », soit un lieu de privation de liberté. Un député LFI, qui a pu y entrer, a vu « des humains au bord du gouffre ».

« Ocean Viking » : vue d’Italie, la victoire en trompe-l’œil du gouvernement Meloni

Migrations

L’arrivée à Toulon du navire de SOS Méditerranée intervient après plusieurs jours de bras de fer diplomatique entre la France et l’Italie. Elle a été saluée par la droite italienne, jusqu’à ce que le président français suspende les accords de relocalisation de 3 500 demandeurs d’asile.