Le régime de garantie des salaires en grave danger

Par

Selon nos informations, le gouvernement prépare une ordonnance qui modifierait l’ordre des créanciers privilégiés en cas de liquidation judiciaire, avec à la clef une rétrogradation du privilège des salariés. Conçue malgré l’actuel tsunami social, la réforme menace une institution sociale, l’AGS, qui verse leurs salaires chaque année à près de 100 000 salariés.

Dossiers

Dossier: avec le Covid-19, la crise sociale

Avec l'épidémie du Covid-19, la crise sociale et économique s'accentue, et ouvre un cycle difficile pour le monde du travail. Récits, analyses et reportages pour documenter ces bouleversements inédits.

Annulation de la dette publique: la pomme de discorde des économistes hétérodoxes

Par

La violence de la polémique sur l’annulation de la dette publique détenue par la BCE a divisé le camp hétérodoxe en économie. Elle a révélé des stratégies divergentes, des appréciations différentes de la réalité économique, mais aussi de vraies ruptures théoriques. En cela, le débat ouvre aussi des perspectives. 

L'Europe veut s'extraire de la domination du dollar

Par
Christine Lagarde et Ursula Von der Leyen. © Olivier HOSLET / AFP Christine Lagarde et Ursula Von der Leyen. © Olivier HOSLET / AFP

C’est l'un des héritages laissés par Donald Trump. Fatiguée des menaces et des sanctions imposées par la présidence américaine, la Commission européenne entend renforcer le rôle de l’euro dans les échanges commerciaux internationaux.

Au Pays basque, la sous-traitance portugaise de SFR visée par une enquête

Par
 © Capture d'écran / La Fibre64 © Capture d'écran / La Fibre64

Une enquête judiciaire est en cours autour des 250 travailleurs détachés portugais qui installent la fibre dans les Pyrénées-Atlantiques au nom de l’opérateur. Imposés par SFR au nom de la pénurie de main-d’œuvre, leurs pratiques étonnent ou inquiètent.

Pantouflage: un ex-directeur de Bercy rattrapé par la justice

Par

À la suite de nos révélations, le Parquet national financier vient d’ouvrir une enquête préliminaire visant l’ex-commissaire aux participations David Azéma, qui aurait caché en 2014 à la Commission de déontologie des faits importants. Destinataire d'une note de la HATVP sur l'affaire, Bruno Le Maire refuse de la rendre publique.

BCE: le débat interdit sur les dettes européennes

Par

Au nom des traités, de sa mission, la BCE se refuse à engager la moindre discussion sur l’annulation de la dette, demandée par des responsables de l’Europe du Sud. Mais l’effondrement économique provoqué par la pandémie et les fractures de la zone euro deviennent si profonds qu’elle ne pourra longtemps ignorer le sujet.

Le Brexit, signe avant-coureur de «la fin du néolibéralisme»?

Par

Non, le Brexit n’est pas né uniquement de la colère du peuple contre les élites, mais d’une stratégie d’un pan de la finance, emmené par les hedge funds, désireux de quitter l’UE pour dérégulariser davantage. C’est la thèse d’un essai sombre, qui annonce l’avènement d’un « libertarianisme autoritaire ».

Comprendre les enjeux de la dette publique

Par
eco-a-cc-27-image-attente2

Entretien avec Arthur Jatteau et Alban Pellegris, deux des « économistes atterrés » ayant réalisé un ouvrage sur la dette publique, paru le 14 janvier. L’occasion de réfléchir sur les risques réels que représente la dette publique, les besoins auxquels elle répond et les pistes pour modifier la donne actuelle.

Prêts garantis par l’Etat: au bonheur des milliardaires

Par
 © Mediapart © Mediapart

Selon notre enquête, Bruno Le Maire a accordé en 2020 des prêts garantis par l’État à 45 très grandes entreprises pour un montant de 15,2 milliards d’euros. Si dans quelques cas, l’aérien ou l’automobile, ces prêts concernent des secteurs en difficulté, la plupart des bénéficiaires ont profité d’un effet d’aubaine.

Biodiversité: rentabiliser la nature pour la protéger 

Par

Faut-il promouvoir des « solutions fondées sur la nature » pour protéger les espèces ? C’est la question que doit poser le One Planet Summit, un sommet sur la biodiversité organisé par la France le 11 janvier. Derrière cette expression apparaissent des techniques de financiarisation de la nature qui menacent les droits des peuples autochtones, s’inquiètent des ONG et des chercheurs.