Euro: le travail de sape de Matteo Salvini

Par
Matteo Salvini, chef de la Ligue, devant son logo pendant la campagne de 2018. © Reuters Matteo Salvini, chef de la Ligue, devant son logo pendant la campagne de 2018. © Reuters

À qui appartient l’or des banques centrales ? En assurant que les réserves d’or sont la propriété de l’État italien, le dirigeant d’extrême droite Matteo Salvini semble se lancer dans une de ces polémiques qui lui assurent un certain succès auprès de l’opinion publique. Mais il fait plus que cela : il sème le doute sur l’architecture même du système monétaire européen.

Cambodgiens contre Bolloré: le report du procès accordé

Par

Onze Cambodgiens, représentant les 77 membres de l’ethnie bunong, ont attaqué le groupe Bolloré en justice et s’étaient vu refuser le visa nécessaire pour assister à une audience à laquelle ils étaient convoqués, ce 12 février. Le tribunal a reporté l’audience.

En Allemagne, la greffe des «gilets jaunes» s’annonce difficile

Par
Des syndicalistes allemands de Verdi vêtus de gilets jaunes, le 10 janvier 2019 à Düsseldorf. © Reuters/Wolfgang Rattay Des syndicalistes allemands de Verdi vêtus de gilets jaunes, le 10 janvier 2019 à Düsseldorf. © Reuters/Wolfgang Rattay

Des récupérations du mouvement des gilets jaunes français se sont multipliées en Allemagne, à gauche comme à l’extrême droite. Mais la solidité des syndicats et l’organisation fédérale du pays limitent les possibilités d’une véritable greffe du mouvement outre-Rhin.

Indemnités de licenciements: le barème Macron un peu plus contesté

Par
Muriel Pénicaud et Édouard Philippe à l'Assemblée nationale en septembre 2017. © Reuters Muriel Pénicaud et Édouard Philippe à l'Assemblée nationale en septembre 2017. © Reuters

Pour la première fois, un magistrat professionnel a jugé que le barème limitant les indemnités accordées à un salarié en cas de licenciement abusif n’était pas conforme aux règles du droit international. Une décision qui va dans le même sens que les jugements déjà rendus par six conseils prud’homaux différents, composés de juges non professionnels.

Plongée dans la complexité des inégalités mondiales

Par

Les éditions La Découverte publient la traduction française de l’ouvrage d’un des plus grands spécialistes des inégalités, Branko Milanović. Un texte dense et riche, nécessaire à la compréhension d’un des sujets les plus brûlants du moment.

Le «grand débat» pourrait justifier un budget d’austérité

Par

La Cour des comptes s’inquiète du budget 2019 de la France qu’elle juge « fragile ». Avec une croissance moindre et des dépenses supplémentaires, le gouvernement pourrait utiliser le « grand débat » pour faire passer des réformes d’austérité et faire fi d’une fin de quinquennat « plus sociale » évoquée un temps.

Alstom: Emmanuel Macron rattrapé par son passé

Par

La Commission européenne a mis son veto au rapprochement avec Siemens au nom de la concurrence. General Electric, qui a repris les activités énergie du groupe au temps où Emmanuel Macron était secrétaire général adjoint de l’Élysée, ne peut tenir ses engagements et s’apprête à tout restructurer.

Pourquoi Macron fait passer en force sa politique économique

Par
 © Mediapart © Mediapart

Pour adapter la France à l’ordre économique mondial, le pouvoir doit s’opposer aux « passions démocratiques ». Romaric Godin décrit une croyance quasi religieuse dans les politiques néolibérales. 

Les Amérindiens de Guyane s’opposent au projet Montagne d’or et espèrent gagner en visibilité

Par
Christophe Pierre à Saint-Laurent-du-Maroni, en juin 2018. © CG © CG Christophe Pierre à Saint-Laurent-du-Maroni, en juin 2018. © CG © CG

Beaucoup des 13 000 Amérindiens de Guyane s’opposent au méga-projet minier Montagne d’or, en Amazonie française. Certains y voient un sursaut du « militantisme autochtone ». Pour d’autres toutefois, si le combat est noble, il ne s’avère d’aucun secours contre les problématiques de fond, à commencer par la propriété des terres.

Les origines économiques de l’autoritarisme d’Emmanuel Macron

Par

La tentation d’un régime plus autoritaire dans la France de 2019 trouvait déjà ses racines dans la vision économique du candidat Macron. Or cette soumission à l’exigence néolibérale de circulation du capital est définie comme une exigence transcendante, qui dépasserait le cadre national et s’imposerait au pays.