Inflation, en avoir peur ou pas?

Par
Mini-séisme au Fonds monétaire international: son chef économiste (français) vient de conseiller aux banques centrales de se laisser aller à un peu d'inflation. Sacrilège! La hausse des prix, ennemi public numéro un dans les années 80 et 90, n'a-t-elle plus de raison d'inquiéter en 2010? Eléments de réponse.

B. Thibault (CGT) : «Estrosi n'a que des mots, pas de ministère» (L'Usine Nouvelle)

Par

Variation du nombre de demandeurs d'emploi depuis février 2008 (Le Monde)

Par

Les effets de la crise sur la pauvreté se font déjà sentir (ONPES)

Par

Dans la fonction publique, le plus grand plan social de France

Plus de 100.000 postes ont été supprimés depuis 2007 © Projet de loi de finances pour 2010 Plus de 100.000 postes ont été supprimés depuis 2007 © Projet de loi de finances pour 2010
100.000 emplois supprimés depuis trois ans: l'Etat taille comme jamaisdans les effectifs des administrations. Un fonctionnaire partant à laretraite sur deux n'est pas remplacé. Dans l'éducation nationale,l'armée, la police, ça coince. Idem à l'hôpital, où le nombred'employés commence à décroître. Pourtant, en temps de crise, leservice public est plus que jamais sollicité. Enquête de Mediapart, en trois volets.

EADS: les scénarios pour «tout refaire»

Par

Officiellement, tout est écrit: en 2012, Louis Gallois doit s'effacer de la présidence d'EADS et Tom Enders lui succédera. Pourtant, ils sont nombreux à douter de l'exécution de ce plan, prévu dans le cadre des accords signés par la France et l'Allemagne en juillet 2007. Au terme de dix ans d'existence, le groupe leur paraît être dans une impasse. «Tout est à refaire: l'organisation du groupe, son actionnariat, sa gouvernance. On ne peut pas continuer avec des actionnaires absents», dit un connaisseur du dossier. En coulisses, certains commencent à étudier des scénarios d'évolution.

Keynes versus Hayek, en rap US

Par

France Télévisions: un scandale peut en cacher un autre

Par

La privatisation de la régiepublicitaire de France Télévisions au profit de l'homme d'affaires StéphaneCourbit, allié pour la circonstance au groupe Publicis et conseillé par AlainMinc, apparaît de jour en jour plus opaque. Mediapart a déjà révélé les conflits d'intérêts d'Alain Minc dans ce dossier ou encore les documents confidentiels du conseil d'administration du groupe public faisant apparaître un prix de cession très enjolivé. Mais selon notre enquête, le groupe public pourrait, de surcroît, avoir violé la loi en ne procédant pas à un appel d'offres pour le renouvellement de son contrat de régie, le 31 juillet 2009, ce qui est impératif en cas d'ouverture de capital. Interrogée par Mediapart, la direction de France Télévisions conteste avoir dérogé à ses obligations. Ce pourrait être, toutefois, l'irrégularité de trop, ouvrant la porte à une cascade de recours devant la justice. Enquête.

Dès le début de leur carrière, les femmes gagnent moins que les hommes (Insee)

Par

D. Migaud épinglé par sa chambre régionale des comptes (Rue89)

Par