Gérard Noiriel: «On a changé le nom du peuple»

Par
couv-3062

L’historien Gérard Noiriel a pris dix ans pour écrire une Histoire populaire de la France inspirée, mais différente, de l’ouvrage d’Howard Zinn consacré aux États-Unis. L’occasion de réfléchir à ce qui constitue le « populaire » dans l’histoire longue de la nation française, comme dans ses relations aux mondes dominants.

Dossiers

Ce que le genre veut dire

Par

Tous nos articles sur les recherches sur le genre et la polémique attisée par une certaine droite.

Chantal Mouffe et Christophe Aguiton débattent du populisme de gauche

Par
Chantal Mouffe et Christophe Aguiton. © Mediapart Chantal Mouffe et Christophe Aguiton. © Mediapart

Chantal Mouffe vient de publier un plaidoyer pour une stratégie populiste de gauche. Christophe Aguiton, auteur d’une enquête récente sur la gauche au XXIe siècle, discute avec elle des points les plus controversés de cette proposition : la place du leader, le rôle laissé aux mouvements sociaux, et les intérêts à accommoder une fois au pouvoir. 

Alain Mabanckou: «Je ne veux pas d’une littérature en costume trois-pièces»

Par
Alain Mabanckou. © Mediapart Alain Mabanckou. © Mediapart

L’écrivain vient de publier Les cigognes sont immortelles. Il accorde un grand entretien à Mediapart, sur son œuvre et ses prises de position dans l’espace public.

Islam de France: le gouvernement a verrouillé la consultation

Des fidèles prient à la mosquée de Fréjus (Var). © Reuters Des fidèles prient à la mosquée de Fréjus (Var). © Reuters

Alors que les préfets doivent faire remonter cette semaine les résultats d’une consultation sur la gouvernance du culte musulman, le rapport du normalien Hakim El Karoui, salué par le ministre de l’intérieur Gérard Collomb, semble avoir déjà tranché sur le calendrier et le contenu de la réforme.

«Il ne faut pas réduire Rachid Taha à une communauté»

Par et
Rachid Taha en 2000. © Reuters Rachid Taha en 2000. © Reuters

Historienne des musiques maghrébines, Naïma Yahi revient sur le legs de Rachid Taha, tant au patrimoine de l’immigration qu’à celui de la chanson française. Elle déplore qu’il ne soit pas reconnu à la hauteur de son apport.

«L’amour est une fête» est une fête

Par
Une image de « L'Amour est une fête » : au centre, Michel Fau. © Mars Distribution Une image de « L'Amour est une fête » : au centre, Michel Fau. © Mars Distribution

Sortie en salle de L’amour est une fête, quatrième long métrage de Cédric Anger. Du polar au porno, en passant par la comédie, le cinéaste mélange les tons et les genres pour, au bout du compte et contre toute attente, saluer le cinéma lui-même.

Gauz, dans la peau d’un colon blanc du XIXe siècle

Par et
entretien-46-illustr1

L’écrivain franco-ivoirien Gauz revisite l’histoire coloniale et ses conséquences en se mettant dans la peau d’un colon blanc du XIXe siècle, mais aussi dans celle d’un enfant métis issu de la colonisation renouant avec son pays d’origine, la Côte d’Ivoire.

Erri de Luca: «Des crimes de guerre par temps de paix»

Par
Dans le port de Catane, le 22 août 2018, des migrants attendent de pouvoir débarquer. © Reuters Dans le port de Catane, le 22 août 2018, des migrants attendent de pouvoir débarquer. © Reuters

Poète, romancier et alpiniste, Erri de Luca est aussi une figure de la scène publique italienne, ancien militant d’extrême gauche, opposant aux grands travaux et aujourd’hui contempteur de la politique anti-migrants déployée par le gouvernement.

«Première année»: le mal par le mal

Par
Une image de « Première année » : au centre, Vincent Lacoste et William Lebghil. Une image de « Première année » : au centre, Vincent Lacoste et William Lebghil.

En salle depuis mercredi 12 septembre, Première année est le troisième film consécutif de Thomas Lilti sur la médecine. Deux étudiants affrontent l’épreuve fatidique du numerus clausus. Charge contre le formatage ou au contraire éloge trop bien calibré de la réussite scolaire ? Tentative de diagnostic.

La langue de Pierre Guyotat, du côté de tous

Par Tiphaine Samoyault (En attendant Nadeau)
Pierre Guyotat © DR Pierre Guyotat © DR

Quatrième étape du chemin autobiographique de l’œuvre de Pierre Guyotat – après Coma, Formation et Arrière-fond –, Idiotie montre comment toutes les formes de la révolte sont des conduites politiques de l’art.