Bélhazar, promis à l’éternité

Par
 © Alexandra Buisseret pour Mediapart © Alexandra Buisseret pour Mediapart

Qui étais-tu, « Bélhazar » ? Un excentrique ? un cancre ? un rebelle insolent ? Jérôme Chantreau enquête sur la mort de ce jeune homme de dix-huit ans, survenue lors d’un contrôle des forces de l’ordre, en 2013, dans son troisième et attendu roman, publié chez Phébus.

Dossiers

Les 150 ans de la Commune

La Commune continue de susciter la curiosité, d’inspirer et d’être appropriée. Elle fait encore l’objet de préjugés, d’idées reçues, d’enthousiasmes et de nouvelles recherches. Voyage à travers ses échos, et les travaux qui nous la rendent plus familière, alors qu’une manifestation a commémoré la Semaine sanglante, samedi 29 mai, à Paris. 

Le pape sonne le tocsin en Hongrie

Par
capture-d-e-cran-2021-09-12-a-18-29-00

À Budapest pour quelques heures le 12 septembre, le pape François a tenté, par la seule force du verbe, de « désorbániser » l’Europe en délégitimant le premier ministre hongrois Viktor Orbán. L’exercice s’est avéré aussi salutaire que délicat.

La fin de l’oncle

Par Claire Paulian (En attendant Nadeau)

Avec « DOncle », Rebecca Gislert signe un premier roman fantaisiste et monstrueux. Dans une écriture comme en apesanteur, lautrice se penche sur une vie bringuebalante comme un mobile de Tinguely, toujours au bord de leffondrement.

Une somme pour sortir l’esclavage des marges de l’Histoire

Par
 © Ann Ronan Picture Library / Photo12 via AFP © Ann Ronan Picture Library / Photo12 via AFP

Avec « Les Mondes de l’esclavage », une cinquantaine d’universitaires documentent la diversité de l’esclavage, de la Préhistoire à nos jours. « Le passé esclavagiste n’est pas une autre histoire, et ce n’est pas une histoire des autres », préviennent-ils.

Cécile Vidal : « Ce qui continue de hanter nos sociétés, ce sont la race et le racisme »

Par
 © Ann Ronan Picture Library / Photo12 via AFP © Ann Ronan Picture Library / Photo12 via AFP

À l’occasion de la parution d’une somme de référence sur l’histoire des esclavages, entretien avec l’une des coordinatrices de l’ouvrage, l’historienne Cécile Vidal : « L’esclavage est très fréquemment sexuel ou conjugal, sur la très longue durée. »

De Gênes à New York : 2001 en héritage

Par
 © Photo Philippe Desmazes / AFP © Photo Philippe Desmazes / AFP

Un autre monde est-il encore possible, sinon en pire ? Vingt ans après le 11-Septembre, le slogan altermondialiste peut-il résonner avec la force et la conviction qu’il possédait au début du contre-sommet de Gênes, en juillet de cette même année 2001 ?

De l’exemple politique canadien

Par
 © Global News © Global News

Le débat télévisé, en français, opposant les principaux responsables politiques canadiens, avant les élections du 20 septembre, n’était pas sans écho avec la situation française. Mais tel un miroir inversé : confiance en soi donc ouverture aux autres.

La jeunesse, scarifiée ou sacrifiée ?

Par
Au salon TAF de Perpignan le 2 septembre 2021 © Arnaud Le Vu / Hans Lucas via AFP Au salon TAF de Perpignan le 2 septembre 2021 © Arnaud Le Vu / Hans Lucas via AFP

Les stigmates de l’épidémie de Covid-19 parmi les jeunes dessinent-ils des blessures susceptibles de cicatriser ou un épisode inédit de fracture générationnelle ? Un ouvrage collectif de sociologie tente de répondre à cette question.

Amitav Ghosh : « La sixième extinction des espèces a commencé avec l’extermination des humains »

Par
Amitav Ghosh, à Paris, le 2 septembre 2021 (JL). Amitav Ghosh, à Paris, le 2 septembre 2021 (JL).

La littérature peut-elle faire entendre la voix des non-humains ? C’est l’ambition que se fixe l’écrivain indien pour défaire la mise à distance du monde issue de la modernité. Entretien, alors que se déroule le congrès pour la conservation de la nature à Marseille. 

Philippe Jaenada au sommet de son art avec « Au printemps des monstres »

Par
Lucien Léger, au centre, photographié menotté dans les locaux d'un commissariat de police à Paris, le 5 juillet 1964. © Photo AFP Lucien Léger, au centre, photographié menotté dans les locaux d'un commissariat de police à Paris, le 5 juillet 1964. © Photo AFP

C’est un roman de 752 pages qui se lit sans relâche. L’auteur y démonte avec puissance et finesse un infanticide ayant mis la France en émoi au printemps 1964 : l’affaire de « l’étrangleur ».