Hommage à Piotr Rawicz, taraudeur métaphysique de la Shoah

Par
capture-d-e-cran-2019-07-12-a-14-52-05

Natif des confins orientaux de la Pologne, rescapé des camps nazis, arrivé à Paris en 1947, Piotr Rawicz (1919-1982) aurait 100 ans ce 12 juillet. Le retrouver, c’est lire Le Sang du ciel (1961), dans lequel il mit toute sa sève et son génie proactif.

De la figure du traître aux mobilisations sociales, le jaune est politique

Par
maxresdefault

L’historien Michel Pastoureau, spécialiste des signes et des symboles, revient sur l’art et la manière de mobiliser les couleurs à des fins politiques, de l’Antiquité aux gilets jaunes en passant par la Révolution.

Nooteboom parle à des cactus et nous conduit dans son jardin enchanté

Par Natalie Levisalles (En Attendant Nadeau)

À Minorque, l’écrivain néerlandais Cees Nooteboom vit au côté d’un cactus, d’une tortue, d’un yucca, d’un papillon… Dans 533, Le Livre des jours, il pose sur eux un regard d’une grande acuité et d’une bonne humeur à peu près constante. Tout en poursuivant ses conversations avec Joyce, Borges, Fellini, Kafka, David Bowie…

Citrouillez citoyens!

Par

À vos stylos ! Les éditions Pontcerq rééditent un vigoureux pamphlet de Sénèque contre l’empereur Claude et lancent « le plus grand concours de satire ménippée jamais organisé : il est ouvert aux écrivains chevronnés comme aux gratte-papier débutants ». Un citrouillage en règle « des chefs et cheffes en exercice – ou mieux même – fraîchement éliminés du pouvoir ». La matière ne manque pas.

Chauffeurs et livreurs «ont droit à la transparence»

Par
Coursière Uber Eats à Gdansk (Pologne), le 18 juin 2019. © Reuters Coursière Uber Eats à Gdansk (Pologne), le 18 juin 2019. © Reuters

Comment les données personnelles peuvent-elles être retournées contre les plateformes de travail à la demande et utilisées comme moyen d’action collective ? C’est une des batailles de Paul-Olivier Dehaye, qui s’en est fait une spécialité. Mediapart l’a rencontré et interrogé sur l’écosystème des données, leur valeur, et sur la monnaie annoncée par Facebook. 

Nicolas Sarkozy en camelot du moi

Par
11437395

Dans un ouvrage qui retrace fort complaisamment la première partie de sa carrière politique, Nicolas Sarkozy rit de se voir si beau en ce miroir. Passions mérite une lecture attentive – sinon attentionnée : c’est le bijou du Castafiore.

«Contre le théâtre politique» (mais à sa rencontre)

Par et

Le chercheur et spectateur Olivier Neveux s’en prend au conformisme d’un théâtre qui se croit politique quand il n’est que policé ou routinier. Un texte qui ne résout pas tous les problèmes qu’il soulève, mais oblige à se positionner face à la production scénique actuelle.

Impatiences anarchistes

Par Ulysse Baratin (En Attendant Nadeau)

Entre Ménilmontant et la Seine-Saint-Denis, former des communautés, remettre en cause les rapports de genre, suivre un régime végétarien strict et enfin, échapper à l’État comme au salariat. En 2019 ? Non, au début du XXe siècle, au sein de groupes de femmes et d’hommes anarchistes, lassés d’attendre le Grand Soir et auxquels le livre d’Anne Steiner, Les En-dehors, donne corps et visages.

«Histoire de la colonne infâme», ou comment faire face à la peste du mal

Par
José Casado del Alisal, « Décapité pendu par les cheveux » ; étude préparatoire pour « La Légende du roi moine », c. 1880. Château de Villandry. © Château de Villandry José Casado del Alisal, « Décapité pendu par les cheveux » ; étude préparatoire pour « La Légende du roi moine », c. 1880. Château de Villandry. © Château de Villandry

À Milan en 1630, des hommes sont accusés d’avoir volontairement répandu la peste : ils sont atrocement torturés et mis à mort ; une colonne est érigée pour marquer leur infamie. Deux siècles après, Alessandro Manzoni, le plus célèbre romancier italien du XIXe siècle, contre-enquête.

«On va tout péter», les ouvriers de GM&S sur Arte

Par et
« On va tout péter ». © DR « On va tout péter ». © DR

Pendant sept mois, Lech Kowalski a filmé sans artifice les ouvriers de La Souterraine (Creuse) dans leur combat pour sauver leur usine. Les « GM&S » avaient menacé de faire sauter les lieux, attirant sur eux les caméras. Le documentaire est diffusé ce lundi soir sur Arte, et jusqu’au 22 août sur son site.