Le tsunami social qui vient

Par
 © Mediapart © Mediapart

Moindre prise en charge par l’État du chômage partiel à compter du 1er juin, projets de licenciements en cascade, recours facilité aux CDD et à l’intérim... laissent craindre un choc historique pour le monde du travail, et notamment les plus précaires.

«Travailler plus» ou le retour de la guerre sociale

Par

À peine le confinement est-il levé, progressivement, que les élites économiques lancent déjà l’offensive contre les 35 heures, leur vieille obsession. Mais cette demande est moins fondée sur le plan économique que dans l’optique d’une attaque généralisée à venir contre le monde du travail.

Covid-19: quand les assureurs se défaussent

Par Morgane Remy
 © Samuel Boivin / NurPhoto / AFP © Samuel Boivin / NurPhoto / AFP

Depuis le début de la pandémie, les assureurs refusent d’indemniser des milliers d’indépendants et commerçants pour leurs pertes d’exploitation. Certains « bancassureurs » ont décidé cependant de briser la règle, à la grande fureur du secteur. Des commerçants étudient des actions collectives pour faire valoir leurs droits.

Reprise interrompue à Renault-Sandouville: syndicats et politiques se déchirent

Par
Devant l'usine de Sandouville, le 7 mai. © Lou Benoist / AFP Devant l'usine de Sandouville, le 7 mai. © Lou Benoist / AFP

Saisi par la CGT, le tribunal du Havre a ordonné le 7 mai au constructeur d’interrompre la production de son usine. Les règles d’évaluation des risques et de consultation n’ont pas été respectées. Les réactions politiques et syndicales en disent long.

Pourquoi la Cour de Karlsruhe peut reconfigurer l’Europe

Par
Les juges de la Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe, le 5 mai 2020. © AFP / Sebastian Gollnow Les juges de la Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe, le 5 mai 2020. © AFP / Sebastian Gollnow

Avec son arrêt du 5 mai, la Cour constitutionnelle allemande a déclenché une tempête dans l’UE. Au cœur des débats : la primauté du droit européen sur les tribunaux nationaux. Décryptage avec l’aide de l’universitaire Antoine Vauchez.

L’open space n’a pas dit son dernier mot

Par
L'espace de travail en commun imaginé par Frank Lloyd Wright en 1936. L'espace de travail en commun imaginé par Frank Lloyd Wright en 1936.

Alors que certains salariés français reprennent le chemin du bureau lundi 11 mai, l’open space, lieu de travail controversé et souvent générateur de stress pour ses utilisateurs, va devoir se réinventer. Avec la pandémie, la pratique du « flex office », sans bureau attitré pour l’employé, pourrait s’accélérer.

Grande distribution: le miroir aux alouettes de la prime de 1000 euros

Par Nassira El Moaddem
Bon d'achat distribué aux salariés de l'Intermarché de Miramas au lieu de la prime. Bon d'achat distribué aux salariés de l'Intermarché de Miramas au lieu de la prime.

Les enseignes de la grande distribution avaient annoncé une prime de 1 000 euros pour tous leurs salariés venant travailler au début du confinement. Quelques semaines plus tard, alors que la grande distribution a fait des chiffres d’affaires records, leurs salariés découvrent la réalité de ces primes. Un coup de com’.

Une gigantesque crise de la dette menace les pays émergents

Par

La crise sanitaire du Covid-19 est en train de provoquer un effondrement des pays émergents, qui se retrouvent asphyxiés financièrement et incapables de payer leurs dettes. Une annulation de 1 000 milliards de dollars de dettes s’impose pour éviter une cascade de pays en faillite, selon les Nations unies.

L’Argentine ne peut pas soutenir sa dette

Par Camille Audibert
Des affiches contre le FMI à Buenos Aires, le 19 février 2020. © Juan Mabromata/AFP Des affiches contre le FMI à Buenos Aires, le 19 février 2020. © Juan Mabromata/AFP

Pour le gouvernement argentin, répondre à l’impératif sanitaire et à l’écroulement économique engendre des dépenses supplémentaires. Et un besoin de crédits. Mais il doit affronter la possibilité d’un défaut de paiement faute d’accord avec ses principaux prêteurs privés.

Au Liban, le secteur bancaire conspué par la rue

Par Justine Babin et Nada Maucourant Atallah

Longtemps symbole de la résilience du modèle économique libanais, les banques sont aujourd’hui la cible privilégiée du mouvement de contestation populaire né en octobre qui, face à la rapide dégradation de la situation économique, trouve un second souffle.