Vers une inquiétante banalisation de la Caisse des dépôts

Par
Le ministre Bruno Le Maire a présenté lundi son projet de loi Pacte © Reuters Le ministre Bruno Le Maire a présenté lundi son projet de loi Pacte © Reuters

Le projet de loi Pacte transforme le statut de la Caisse des dépôts pour rapprocher l’établissement public des « standards du droit commun bancaire ». Les syndicats craignent que cette banalisation ne soit le prélude à une privatisation. La direction évoque une simple modernisation.

Les inconvenants éloges du nouveau patron de BPCE

Par

La presse a accueilli la désignation de Laurent Mignon au poste de président de BPCE par un concert d’éloges. Sans souffler mot des irrégularités qu’il a couvertes à la tête de Natixis, ni de la politique sociale controversée qu’il y a conduite, ni de la hausse à couper le souffle de ses rémunérations. Contre-enquête.

Privatisations: un choix injustifiable

Par
Un tirage du loto de la FDJ. © Reuters Un tirage du loto de la FDJ. © Reuters

La loi Pacte prévoit trois cessions d’actifs importantes de l’État : Engie, Aéroports de Paris et la Française des jeux. Un impératif de bonne gestion et de financement pour le gouvernement. Mais les arguments ne résistent guère à l’examen. 

Ce que contient la loi Pacte

Par

La loi Pacte est un catalogue de mesures diverses visant à dynamiser la croissance française, présenté par le gouvernement comme le « nouveau modèle économique pour la France ». Mais c'est surtout un texte libéral qui multiplie les concessions aux entreprises.

La loi Pacte, un progrès social illusoire

Par
Bruno Le Maire est en charge de la loi Pacte © Reuters Bruno Le Maire est en charge de la loi Pacte © Reuters

Derrière la bonne conscience d’une loi Pacte modifiant sur le papier la gouvernance des entreprises, le gouvernement approfondit dans les faits sa politique de dérégulation et de libéralisation, au bénéfice de la recherche du profit.

Suicides à France Télécom: sept dirigeants renvoyés en procès pour harcèlement moral

Neuf ans après les premières plaintes, les juges d’instruction ont ordonné un procès contre France Télécom et sept de ses dirigeants pour harcèlement moral. La politique de management instaurée par Didier Lombard, alors PDG du groupe, visant à déstabiliser les salariés est mise en cause.

Energie solaire: Total sacrifie une filiale de Toulouse pour baisser ses coûts

Par
Pendant la « Fête à Macron » à Toulouse le 5 mai (via le compte Twitter de la CFDT SunPower). Pendant la « Fête à Macron » à Toulouse le 5 mai (via le compte Twitter de la CFDT SunPower).

À Toulouse, une filiale de la multinationale française se sépare de plus d’un quart de ses effectifs et choisit d'importer des panneaux photovoltaïques mexicains en contrepartie. Au mépris de ses engagements pour la ville, meurtrie par la catastrophe AZF en 2001.

La fusion entre Fincantieri et Naval Group, l’autre dossier entre la France et l’Italie

Par
Le premier ministre italien Giuseppe Conte et Emmanuel Macron à l’Élysée, le 15 juin. © Reuters Le premier ministre italien Giuseppe Conte et Emmanuel Macron à l’Élysée, le 15 juin. © Reuters

En dépit des tensions diplomatiques, le nouveau premier ministre italien avait une bonne raison de se rendre à l’Élysée : discuter de l’avancement du projet de rapprochement entre les chantiers publics navals italiens Fincantieri et les anciens arsenaux français Naval Group.

Les ordonnances permettent à PSA de réduire le coût salarial

Par
Carlos Tavares à Genève en Suisse le 6 mars 2018 © Reuters / Denis Balibouse. Carlos Tavares à Genève en Suisse le 6 mars 2018 © Reuters / Denis Balibouse.

C’est un effet de la réforme du code du travail par ordonnances : les syndicats de PSA Vesoul – sauf la CGT – ont signé un des premiers « accords de performance collective », qui permet à la direction d'augmenter le temps de travail de 8 % contre une hausse de rémunération de seulement 3,1 %.

Non, les aides sociales ne sont ni trop coûteuses, ni inefficaces

Par
capture-d-e-cran-2018-06-13-a-18-12-32

« On met trop de pognon » et « on déresponsabilise » les pauvres, sans résultat. Voilà le fond de la pensée du président, telle qu’elle a été livrée par l’Élysée dans une vidéo. Une opinion non fondée et gravement erronée : en France, les prestations sociales corrigent les inégalités, et cet effet est tout à fait mesurable.