Médecins et sans-papiers, ils rêvent d’aider les Franciliens

Par

Un couple de médecins algériens aimerait se rendre utile pendant la pandémie de coronavirus. Mais faute de titre de séjour, Z. et A. n’ont le droit de soigner personne. Témoignage.

A l’Assemblée, le contrôle parlementaire de l’état d’urgence balbutie

Par
La mission d'information sur le Covid-19 en visioconférence à l'Assemblée nationale, le 1er avril 2020. © Capture d'écran La mission d'information sur le Covid-19 en visioconférence à l'Assemblée nationale, le 1er avril 2020. © Capture d'écran

Le 1er avril, la mission d’information de l’Assemblée sur l’état d’urgence sanitaire a commencé ses travaux en auditionnant en visioconférence le premier ministre et celui de la santé lors d’un exercice convenu. Au Sénat, les commissions vont jouer ce rôle. La question des commissions d’enquête est remise à plus tard.

A Lyon, les dealers ajustent leur business au confinement

Par Mathieu Martinière (We Report pour Mediacités Lyon)
 © Dessin : Jean-Paul Van Der Elst pour Mediacités © Dessin : Jean-Paul Van Der Elst pour Mediacités

Livraisons à domicile, vendeurs masqués et gantés… Les trafiquants de cannabis et autres stupéfiants s’adaptent à la crise du coronavirus. Mais la fermeture des frontières réduit leurs stocks et commence à entamer leurs affaires. Une enquête de notre partenaire Mediacités.

Masques: les preuves d’un mensonge d’Etat

Emmanuel Macron lors de sa visite de l’hôpital de campagne Covid-19 de Mulhouse, le 25 mars 2020. © AFP Emmanuel Macron lors de sa visite de l’hôpital de campagne Covid-19 de Mulhouse, le 25 mars 2020. © AFP

Pénurie cachée, consignes sanitaires fantaisistes, propositions d’importations négligées, stocks toujours insuffisants, entreprises privilégiées : basée sur de nombreux témoignages et documents confidentiels, une enquête de Mediapart révèle la gestion chaotique au sommet de l’État, entre janvier et aujourd’hui, sur la question cruciale des masques. Et les mensonges qui l’ont accompagnée. Les soignants, eux, sont contaminés par centaines.

Journal de bord des internes: «C’est comme “Un jour sans fin”»

Par
Du personnel médical de l’unité de soins intensifs à Tours, le 31 mars. © Guillaume SOUVANT / AFP Du personnel médical de l’unité de soins intensifs à Tours, le 31 mars. © Guillaume SOUVANT / AFP

Mediapart suit au quotidien plusieurs internes face à la crise sanitaire du Covid-19. En service de réanimation à Toulon, Mohamed sent que la « vague » arrive dans le Sud.

Coronavirus: les libertés et la démocratie mises à mal

Par

Une loi organique permet de repousser l’examen de la constitutionnalité des mesures de l’état d’urgence sanitaire. La Constitution est mise entre parenthèses.

L’exécutif se prépare à une «tragédie» dans les Ehpad

Par
Emmanuel Macron en visite à l’Ehpad Péan à Paris, le 6 mars. © AFP Emmanuel Macron en visite à l’Ehpad Péan à Paris, le 6 mars. © AFP

Le nombre de décès dus au Covid-19 est largement sous-estimé. Dans les maisons de retraite, où il n’y a pas encore de décompte officiel, la situation est dramatique. L’exécutif anticipe les risques de saturation des chambres mortuaires.

«A l’air libre». L’Outre-mer, lutter contre les violences domestiques, la Côte d’Ivoire et Rodolphe Burger

minallivg

Au menu : n’oublions pas l’Outre-mer, la lutte contre les violences domestiques, le coronavirus vu de Côte d’Ivoire et Radioactivity par Rodolphe Burger.

Hôpital public: la note explosive de la Caisse des dépôts

Par et
Des externes dans le cortège du 14 novembre 2019, à Paris. © CCC Des externes dans le cortège du 14 novembre 2019, à Paris. © CCC

À la demande d’Emmanuel Macron, la Caisse des dépôts travaille à un plan pour l’hôpital public. Mediapart en révèle le contenu. Au lieu de défendre l’intérêt général, il vise à accélérer la marchandisation de la santé et sa privatisation rampante.

Confinement: la députée LREM Laetitia Avia démentie par sa collaboratrice

Par David Perrotin
La députée Laetitia Avia, à l'Assemblée nationale. © AFP La députée Laetitia Avia, à l'Assemblée nationale. © AFP

La députée de Paris a vivement démenti avoir demandé à sa collaboratrice d’interrompre son confinement pour revenir télétravailler à Paris. Mais dans un courrier adressé au président de l’Assemblée, la collaboratrice en question confirme les faits et dit ne plus vouloir travailler pour elle.