Usul: et des porcs furent balancés

Par Usul et Rémi Liechti
usul-balancetonporc-05

Difficile de rester de marbre face à l’avalanche de témoignages qui ont suivi les révélations de l’affaire Weinstein. Et pourtant, un malaise est palpable, chez les hommes particulièrement : pour certains, mettre en place des argumentaires défensifs face à ces questions gênantes semble être la priorité… Que faire après ce moment important quand on est un homme ?

Le député Laqhila relaie le lobby des experts-comptables à l'Assemblée

Par Julien Vinzent (Marsactu)

Élu Modem des Bouches-du-Rhône après avoir cumulé tous les postes locaux et nationaux de représentation des experts-comptables, Mohamed Laqhila a profité du projet de loi de finances pour déposer une salve d’amendements concernant sa profession, avec laquelle il garde beaucoup d'attaches.

Banques: de l’ISF à l’impôt sur l’infortune

Par

Le gouvernement vient d’offrir un million et demi d’euros annuels à chacun des 100 Français les plus riches. Pendant ce temps, le magazine 60 millions de consommateurs, associé à l’Unaf (Union nationale des associations familiales), révèle que les banques ont prélevé en moyenne six milliards d’euros sur le dos des plus pauvres…

Macron laisse la Guyane amère

Par
Emmanuel Macron en visite dans le quartier de la Crik, à Cayenne, vendredi 27 octobre. © Reuters Emmanuel Macron en visite dans le quartier de la Crik, à Cayenne, vendredi 27 octobre. © Reuters

La visite présidentielle en Guyane, six mois après une mobilisation sociale d’ampleur, est un « rendez-vous manqué »  pour certains membres du Kolectif Pou Lagwiyann dékolé, meneur de la contestation de mars-avril. Dans l’ouest du territoire, qui fit l’objet du premier jour de déplacement présidentiel, jeudi, les déceptions sont grandes.

#MeToo dans la rue pour enclencher «quelque chose de plus collectif»

Par
29 octobre, dans la manifestation parisienne © JC 29 octobre, dans la manifestation parisienne © JC

Des rassemblements étaient organisés dans différentes villes de France pour prolonger l’expression de la parole numérique ayant succédé à l’affaire Weinstein. Reportage place de la République, à Paris.

Violences sexuelles: l’embryon de prise du conscience du cinéma français

Par

Les accusations contre le producteur américain Harvey Weinstein secouent l’univers du 7e art français. Des comédiennes s’expriment enfin sur des pratiques répandues. Mais le chemin est encore long avant que les professionnels ne s’emparent réellement du problème.

Cultiver plutôt que bétonner le Grand Paris

Par
capture-d-e-cran-2017-10-26-a-18-08-14

Sur le Triangle de Gonesse, à la place du complexe commercial EuropaCity et des bureaux en projet, un collectif propose de développer un projet pilote d’agriculture urbaine, Carma. Entretien vidéo.

Les Merah, une famille au cœur des ténèbres

Par
Zoulikha Aziri, la mère des Merah, le premier jour du procès des attentats de Toulouse et Montauban © REUTERS/Philippe Wojazer Zoulikha Aziri, la mère des Merah, le premier jour du procès des attentats de Toulouse et Montauban © REUTERS/Philippe Wojazer

Devant la cour d’assises de Paris, les membres de la famille Merah ont décrit un quotidien de haine, de violence et de trahison, le tout sur fond d’islam radical. Ce contexte familial hautement dysfonctionnel a constitué le premier terreau du futur tueur au scooter, Mohamed Merah, et de son frère, Abdelkader, accusé d’être complice de ses assassinats.

Deux plaintes pour viol visent Tariq Ramadan

Par
 © Reuters © Reuters

Tariq Ramadan est visé depuis vendredi par une deuxième plainte pour viol. Le récit de la plaignante, d’une grande violence, présente des points communs avec celui d’Henda Ayari, la première plaignante. Une troisième femme dit avoir subi harcèlement sexuel et menaces.

Au PS, le plan social passe mal

Par
Le siège du PS rue de Solférino, à Paris © Reuters Le siège du PS rue de Solférino, à Paris © Reuters

Mardi lors d’un CE extraordinaire, mercredi lors d’une réunion avec les salariés, la direction du PS a présenté son plan de sauvegarde de l’emploi : sur les 97 salariés du siège du parti, rue de Solférino, il ne devrait en rester que 38 au printemps 2018. Les conditions évoquées sont jugées maigres par les permanents.