Notre-Dame-des-Landes: une campagne d’information à armes inégales

Par

À peine démarrée, la campagne pour la consultation sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le 26 juin, connaît des accrocs au principe de neutralité de l’information.

Lanceurs d’alerte, corruption, transparence: les chantiers de “Sapin 2”

Par et

Protection des lanceurs d'alerte, création d’une agence anticorruption, tentative d’encadrement des lobbyistes : les députés ont commencé lundi 6 juin l'examen d'un projet de loi défendu par Michel Sapin « sur la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique ».

La surveillance du Net a été généralisée dès 2009

Par
Un schéma expliquant l'installation des sondes dans le réseau ADSL des opérateurs Un schéma expliquant l'installation des sondes dans le réseau ADSL des opérateurs

Bien avant les révélations d'Edward Snowden, la France avait mis en place un dispositif de surveillance automatisé de son réseau internet via l'installation de sondes sur l'ensemble du réseau ADSL. Ce programme, baptisé « IOL » pour Interceptions obligatoires légales, permettait de collecter « en temps réel »les métadonnées, pratique non autorisée à l'époque.

MediaPorte: «Câlinons nos CRS!»

Par Didier Porte
Vidéo dans l'article Vidéo dans l'article

Pour Didier Porte, faut aussi comprendre les forces de l'ordre qui se retrouvent face aux manifestants !

Mafia du C02: le suspect français qui menace Netanyahou

Par
Arnaud Mimran avec Benjamin Netanyahou, l'actuel premier ministre israélien, en août 2003 à Monaco. © Mediapart Arnaud Mimran avec Benjamin Netanyahou, l'actuel premier ministre israélien, en août 2003 à Monaco. © Mediapart

L’affaire Mimran, du nom de l’un des principaux cerveaux présumés du “casse du siècle”, est désormais officiellement une affaire Netanyahou. Le procureur général d’Israël a ordonné des vérifications sur les liens financiers unissant le millionnaire français Arnaud Mimran et l’actuel premier ministre israélien.

Présidentielle: Mélenchon repart à l'assaut

Dimanche 5 juin place Stalingrad, à Paris. ©JLM Dimanche 5 juin place Stalingrad, à Paris. ©JLM

Comme en 2012, il s'est lancé depuis la place Stalingrad, à Paris. Il n'est plus le héraut du Front de gauche, mais se veut celui de la « France insoumise ». Devant un public nombreux, Jean-Luc Mélenchon a recueilli les fruits de sa stratégie tribunitienne ignorant les tergiversations d'appareils.

Le PCF se lance vers 2017 sans lever toutes les incertitudes

Par

La feuille de route pour 2017 des communistes a été adoptée samedi lors de leur Congrès, mais des incertitudes demeurent : sur la tenue d’une éventuelle primaire et son périmètre ; sur le rapport à Jean-Luc Mélenchon, déjà candidat.

Hollande et ses guerres (3/3): comment les néoconservateurs influencent le pouvoir

Par
François Hollande, le 2 février 2013. © Reuters François Hollande, le 2 février 2013. © Reuters

Les néoconservateurs américains ont été discrédités par l’échec désastreux de leur politique en Afghanistan et en Irak. Ils ont pourtant fait des adeptes en France, parmi les diplomates et jusqu’à l’Élysée. Leur influence, revendiquée sous Sarkozy, s’est développée sous Hollande. Au risque d’entraîner le pays dans des aventures militaires, à ce jour sans résultat probant.

Un prêtre exfiltré de Lyon à Nanterre: révélations sur la méthode Barbarin

Par Daphné Gastaldi, Mathieu Martiniere Et Mathieu Périsse
Le cardinal Barbarin Le cardinal Barbarin

En 2010, Philippe de Morand, prêtre du diocèse de Lyon, est condamné à six mois de prison avec sursis pour agression sexuelle sur un jeune de vingt ans. Alerté, le cardinal de Lyon n’en a jamais informé la justice, se contentant d’éloigner le prêtre vers le diocèse de Nanterre. Mediapart a pu consulter des pièces du dossier d’instruction qui révèlent une véritable méthode Barbarin.

Courtisés pour la primaire de la droite, les élus locaux restent frileux

Par

Dans les fédérations départementales Les Républicains, on s'organise depuis plusieurs semaines déjà en vue du scrutin de novembre. Sollicités pour leurs parrainages mais surtout pour leur influence, les élus locaux rechignent pourtant à s'engager pour des candidats qu'ils jugent éloignés des réalités de terrain.