Pour Benoît Hamon, c’est déjà presque lundi matin

Par
 © CG © CG

En meeting à Montreuil jeudi et à Lille vendredi, le favori du second tour, dimanche, de la primaire du PS, pense déjà au prochain coup à jouer : réussir le rassemblement au sein du parti comme avec le reste de la gauche.

Manuel Valls, Caroline Fourest et les «islamo-gauchistes»

Par
Jeudi 26 janvier, Manuel Valls clôt son dernier meeting de la campagne à Alfortville © Reuters Jeudi 26 janvier, Manuel Valls clôt son dernier meeting de la campagne à Alfortville © Reuters

En difficulté après le premier tour de la primaire, Manuel Valls et ses lieutenants ont choisi de dépeindre Benoît Hamon en « communautariste », « ambigu » sur la laïcité. Une stratégie étrange, mais conforme à l'imaginaire vallsiste.

Le secrétaire du FN joue à cache-cache en Israël

Par

Présentée comme « privée » avant d’être étalée sur son compte Twitter, la visite en Israël de Nicolas Bay, secrétaire général du Front national, s’inscrit dans la tentative du parti de conquérir le vote des juifs français. Problème : la plupart des interlocuteurs rencontrés disent ignorer qui est précisément Nicolas Bay.

Loin des «valeurs du handball», le calvaire de deux entraîneurs des Bleues

Par

C’est une initiative très rare dans le sport de haut niveau : les deux anciens sélectionneurs de l’équipe de France féminine de handball dénoncent le comportement de leur fédération devant les prud’hommes. Victimes d’une cabale, ils ont été écartés de leur poste à la veille des JO, afin de mieux les « protéger ».

Croquis. François Fillon, l’autre bombe qui fait tic-tac

Par
En vente au meeting de François Fillon à Nice, le 11 janvier 2017. © Reuters En vente au meeting de François Fillon à Nice, le 11 janvier 2017. © Reuters

Pauvre François Fillon. Ses propositions sur la santé malmènent son entrée en campagne, et l’emploi de sa femme démolit son discours de rigueur morale et budgétaire. Pourtant le pire ne lui est peut-être pas encore arrivé. Son programme contient une autre bombe, à propos du temps de travail.  

La laborieuse défense de François Fillon

Par

Jeudi 26 janvier, 48 heures après les révélations du Canard enchaîné sur l’emploi présumé fictif de sa femme, François Fillon s’exprimait au 20 heures de TF1 pour assurer sa défense. Exprimant son « dégoût » face à ce qu’il a qualifié de « calomnies », l’ancien premier ministre n’a pas franchement répondu sur le fond de l’affaire, mais a tout de même précisé qu’il lui était aussi « arrivé de rémunérer » deux de ses enfants.

De Xavière Tiberi à Penelope Fillon, un même soupçon

Par

François Fillon avait sévèrement critiqué Jean Tiberi, quand l’épouse du maire de Paris, Xavière Tiberi, était jugée pour son emploi fictif. Par un curieux retour de bâton, le candidat à la présidentielle est aujourd’hui rattrapé par l’affaire des salaires de son épouse, Penelope Fillon.

Après la primaire, Macron face au «piège» des ralliements

Par
19 janvier.  Emmanuel Macron présente la stratégie d'En Marche pour les législatives depuis son Q.G. de campagne. © Reuters 19 janvier. Emmanuel Macron présente la stratégie d'En Marche pour les législatives depuis son Q.G. de campagne. © Reuters

Après la primaire, le candidat d’En Marche risque de voir des soutiens arriver du PS. Au risque de passer pour une machine à recycler les éléphants socialistes. Difficile à assumer dans un mouvement qui prône le « renouvellement » et fustige le « système ».

AQMI a reçu 42 millions d’euros pour les otages d’Areva

Par

Pierre-Antoine Lorenzi, ancien de la DGSE, a négocié la libération de quatre des sept otages enlevés à Arlit, au Niger, en 2010.Il révèle que 30 millions d’euros ont été mobilisés par le ministère de la défense.

Révélations sur l’assassinat des journalistes Ghislaine Dupont et Claude Verlon

Par
AQMI a revendiqué la prise d'otages dans une vidéo AQMI a revendiqué la prise d'otages dans une vidéo


Des notes confidentielles, obtenues par « Envoyé spécial » et consultées par Mediapart, évoquent un lien entre l'assassinat par AQMI des journalistes de RFI au Mali et le fait que des djihadistes n'auraient pas perçu l'intégralité de la rançon versée par la France pour libérer les otages d'Arlit.