Traite négrière: Bordeaux toujours aux prises avec son «tabou» mémoriel

Par

Alors qu’Anne-Marie Garat publie un livre furieux sur le refus de Bordeaux de penser son passé négrier, Mediapart s’est rendu sur place pour prendre le pouls des débats mémoriels. Le nouveau maire écologiste Pierre Hurmic promet la création d’un mémorial public.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’humeur noire du titre, c’est celle que ressent Anne-Marie Garat chaque fois qu’elle retourne à Bordeaux, sa ville natale. « Quelque chose de pénible s’y trame, l’ennui ou l’amertume qu’on traîne comme d’une rupture qui s’est mal passée », écrit-elle. Dans son dernier livre (Actes Sud, 2021), la romancière dissèque une colère qui lui est venue à la lecture d’un cartel, il y a quelques années, dans les salles consacrées à la traite négrière du musée d’Aquitaine, en plein centre de Bordeaux.