Ludovic Lamant

Passé par l'agence Reuters et la rédaction des Cahiers du Cinéma, j'ai couvert, en poste à Bruxelles de 2012 à 2017, le feuilleton des crises européennes pour Mediapart. De retour à Paris depuis fin 2017, pour intégrer la direction éditoriale du journal. J'ai publié un guide sur l'Argentine (La Découverte, 2011) et un essai sur les nouvelles politiques espagnoles (Squatter le pouvoir, Les mairies rebelles d'Espagne, Editions Lux, 2016). © Céline Villegas.

Consulter ici ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Manuel Valls prépare la prise de Barcelone par la droite

    Par
    Manuel Valls lors d'un meeting à Barcelone, le 16 décembre 2017. © Reuters/Albert Gea Manuel Valls lors d'un meeting à Barcelone, le 16 décembre 2017. © Reuters/Albert Gea

    L’ex-premier ministre s’est entouré de conseillers et multiplie les dîners à Barcelone, en vue des municipales de mai 2019. Face aux indépendantistes, Manuel Valls veut être le « candidat de l’ordre ». Mais il retarde sa décision, conscient du risque d’échec. Issu de la droite dure, l’un de ses conseillers crispe.

  • Catalogne: le rappeur Valtònyc, soutien inattendu de Puigdemont à Bruxelles

    Par
    Le rappeur Valtònyc. © DR Le rappeur Valtònyc. © DR

    Quatre mois après son arrestation, l’ancien président catalan Carles Puigdemont est rentré le 28 juillet en Belgique et en a profité pour mettre la pression sur le nouveau gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sánchez. À ses côtés, le rappeur majorquin Valtònyc, qui a rejoint Bruxelles au printemps afin d'échapper à une condamnation pour apologie du terrorisme et injures à la couronne.

  • Espagne: face à Ciudadanos, le PP revient aux fondamentaux de l’époque Aznar

    Par
    Pablo Casado le 24 mai 2015 à Madrid © Reuters / Juan Medina. Pablo Casado le 24 mai 2015 à Madrid © Reuters / Juan Medina.

    Pablo Casado, jeune loup de 37 ans, a remporté la primaire du PP samedi 21 juillet et devient le successeur de Mariano Rajoy à la tête du parti. Sa stratégie : droitiser encore davantage la formation sur les questions de société comme sur la Catalogne, en réponse au succès de Ciudadanos.

  • Pour l’architecture aussi, Mai 68 est un moment de bascule

    Par
    capture-d-e-cran-2018-07-04-a-17-13-07

    À l’occasion d’une exposition parisienne à la Cité de l’architecture et du patrimoine cet été, retour sur les nouvelles manières d’enseigner l’architecture et de penser la ville, après le séisme Mai 68, en compagnie de deux des commissaires de l’exposition, Éléonore Marantz et Jean-Louis Violeau.

  • Pedro Sánchez veut mettre fin à l’apologie du franquisme

    Par
    La croix de « Valle de los caidos », où reposent les restes de Franco, et le site de l'Escurial, en mai 2016. © Reuters / Paul Hanna La croix de « Valle de los caidos », où reposent les restes de Franco, et le site de l'Escurial, en mai 2016. © Reuters / Paul Hanna

    Du déplacement des restes de Franco à la reprise des fouilles pour identifier les fosses communes du franquisme, le gouvernement socialiste de Pedro Sánchez multiplie les annonces sur le terrain mémoriel. L’enjeu est de taille : son prédécesseur socialiste, José Luis Rodríguez Zapatero, est loin d’avoir tenu ses promesses sur le sujet.

  • De plus en plus d’eurodéputés gonflent leurs salaires

    Par
    Session plénière à Strasbourg le 4 juillet 2018. © Vincent Kessler / Reuters. Session plénière à Strasbourg le 4 juillet 2018. © Vincent Kessler / Reuters.

    Près d'un tiers des eurodéputés touchent des rémunérations pour des activités extérieures à leur mandat, d'après un rapport publié mardi 10 juillet par Transparency International. La tendance est en forte hausse depuis les élections européennes de 2014, et les soupçons de conflit d'intérêts se renforcent. Nombre d'élus français, de Rachida Dati à Renaud Muselier, sont aux avant-postes.

  • L’affaiblissement de Merkel ne met pas fin à l’Europe «à l’allemande»

    Par
    Angela Merkel et son ministre de l'intérieur Horst Seehofer, à l'origine de la crise gouvernementale, le 3 juillet 2018 au Bundestag à Berlin. © Hannibal Hanschke/Reuters Angela Merkel et son ministre de l'intérieur Horst Seehofer, à l'origine de la crise gouvernementale, le 3 juillet 2018 au Bundestag à Berlin. © Hannibal Hanschke/Reuters

    Certains voient dans l’affaiblissement d’Angela Merkel à Berlin une aubaine pour Emmanuel Macron à Bruxelles. Mais ce serait oublier les effets de bord de la construction européenne, tout comme certaines pratiques bruxelloises, qui rendent encore bien vivace la réalité d’une « Europe à l’allemande ».

  • Hélène Combes: «La structure du mouvement est l’une des clés de la réussite de López Obrador au Mexique»

    Par
    Andrés Manuel López Obrador, le 16 juin 2018, dans l'État d'Oaxaca. © Reuters / Jorge Luis Plata Andrés Manuel López Obrador, le 16 juin 2018, dans l'État d'Oaxaca. © Reuters / Jorge Luis Plata

    À rebours des lectures qui font d’Andrés Manuel López Obrador un candidat « populiste », voire un « Chávez mexicain », l’universitaire Hélène Combes propose une lecture originale de la dynamique d’« AMLO », bien parti pour devenir le prochain président du Mexique à l’issue des élections du 1er juillet.

  • A Marseille, Thomas Bellinck bâtit un mausolée pour l’Europe

    Par
    Dans la « Maison de l'histoire européenne en exil » de Thomas Bellinck, à Bruxelles en 2013 © Danny Willems. Dans la « Maison de l'histoire européenne en exil » de Thomas Bellinck, à Bruxelles en 2013 © Danny Willems.

    Une « exposition internationale sur la vie dans l’ancienne Union européenne » s’ouvre à Marseille samedi 16 juin. Dans ce vrai-faux musée sur la mort de l’Europe, l’artiste belge Thomas Bellinck invite à réfléchir sur les illusions perdues des « pères fondateurs », et plaide pour une nouvelle radicalité européenne.

  • Aquarius: les gauches espagnoles sauvent l’honneur

    Par
    Pedro Sánchez le 6 juin 2018 à la Moncloa. © Susana Vera/Reuters Pedro Sánchez le 6 juin 2018 à la Moncloa. © Susana Vera/Reuters

    Le nouveau chef de gouvernement espagnol a fait savoir qu'il était disposé à accueillir l’Aquarius et ses 629 migrants à bord dans le port de Valence. « Si l'on croit à l'Europe, c'est le moment de le démontrer », avait jugé plus tôt dans la journée la maire de Barcelone, Ada Colau.