Régionales: la sécurité, obsession paradoxale de la campagne

Par

Elle est dans tous les discours, tous les programmes de droite et d’extrême droite. La sécurité ne fait pourtant pas partie des compétences attribuées aux régions. Ce qui ne signifie pas qu’elles sont totalement impuissantes en la matière, plaident plusieurs candidats.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Partout, la même rengaine. « Le choix de la sécurité », dit l’affiche de campagne de Jordan Bardella, candidat du Rassemblement National (RN) en Île-de-France. « Il est urgent de s’attaquer à ce fléau [l’insécurité – ndlr] », a clamé son concurrent de La République en marche (LREM), Laurent Saint-Martin. « La sécurité n’a pas de prix », a affirmé Renaud Muselier, président Les Républicains (LR) de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.