Abonnements cadeaux Mediapart

Plus que quelques jours pour trouver votre cadeau

Offrez Mediapart en profitant de l'offre d'abonnement cadeau : 3 mois pour 20 euros seulement au lieu de 27€.

OFFREZ MEDIAPART

Mediapart
Mar.23 décembre 201423/12/2014 Dernière édition

Bulle-immobiliere.org contrecarre la propagande du secteur

|  Par Antoine Perraud

Un site consacré à la spéculation immobilière prend le contre-pied d'une information économique pervertie par le secteur. Il exaspère les professionnels et fait des envieux.

Partage

Sur le site « Bulle-immobiliere.org », un forum de discussion consacré au secteur de l’immobilier, depuis son ouverture en février 2005, proclame avec constance, en prenant les professionnels et les médias à contre-pied, que la hausse formidable des prix relève d’une bulle qui annonce un krach.

On a pu s’y familiariser avec Jacques Friggit et son analyse du grand écart entre la valeur des logements et le revenu disponible par ménage. Des messages trapus ont vite été postés par quelques visiteurs fortiches et partageux se prenant au jeu. On savait tout sur Kondratieff sans jamais avoir osé le demander. Et très tôt une mise en cause des médias aboutit à cette intuition qui fait mouche : seuls les journaux privilégiant l’information indépendante et les enquêtes dignes de ce nom s’avèrent « baissiers », au contraire du tout venant moutonnier bêlant à la hausse.

Le créateur d’un tel site, Jean-Michel Pouré, diplômé de l’Essec et aujourd’hui âgé de 38 ans, s’était rendu compte dès 2003, en pleine prétendue euphorie, des dysfonctionnements du marché de l’immobilier à Montmorency, où des centaines de maisons étaient en vente. Le bien le moins cher affichait 400 000 euros. Or ce chiffre correspondait au budget maximum que pouvaient consacrer les acquéreurs potentiels les plus aisés.

Résultat : Jean-Michel Pouré se vit offrir un rabais de 30 %, alors qu’autour de lui les prix flambaient et que des acheteurs s’endettaient à vie de peur de manquer l’ultime occasion de s’offrir un toit. Le propre d’une bulle, c’est la précipitation malavisée qui fait acheter en banlieue au prix de la capitale et au premier étage au prix du cinquième ; quand tout semble tiré vers le haut, en dépit du bon sens…

Renonçant à devenir propriétaire dans ces conditions délirantes, Jean-Michel Pouré s’improvise économiste, sociologue et anthropologue : il écrit dans l’urgence une étude en vingt chapitres sur les mythes et croyances de l’immobilier. Ces 120 pages posent un regard rationnel sur un univers qui s’ingénie à magnifier la folie furieuse et les comportements pavloviens.

Le succès d’estime de l’étude mise en ligne aboutit donc à la création du forum, qui s’accompagne bientôt d’une revue de presse transformée en observatoire des médias sur la question.
Enfin, le double langage des agents immobiliers, haussiers face aux acheteurs et baissiers face aux vendeurs, engage Jean-Michel Pouré à réaliser, avec une caméra dissimulée dans sa cravate, un reportage amateur entre décembre 2006 et juin 2007. Ces témoignages, extorqués mais criants de vérité, sont aussi impressionnants que les craquements de la banquise sous l’effet du réchauffement climatique.

Plus de 500 000 visites par mois sont aujourd’hui constatées sur ce site, alors que les grands moyens de communication n’en ont jamais soufflé mot. Certes, on constate parfois des essaims d’internautes frustrés par la désinformation qu’ils perçoivent au point d’injurier tout ce qui a pignon sur rue. Certains, dans un accès de fureur millénariste, parient sur un effondrement total du marché. D’autres échangent des tuyaux de boursicoteurs.

Jean-Michel Pouré justifie sa démarche nonobstant les quelques nuées contestables qu’elle provoque : « Notre forum, avec plus de 400 000 messages depuis trois ans, conserve les traces d’un avant krach, alors que rien de comparable n’existe pour 1929 ou 1987. On découvre ce moment digne des anciennes démocraties populaires, où les citoyens se défient du bourrage de crâne dont ils sont victimes de la part d’organes censés les informer. Plus personne ne veut gober « l’atterrissage en douceur » et toute cette langue mensongère. La presse a été piégée par le secteur immobilier : elle a capté la manne des petites annonces et de la publicité en baissant la garde. Les journalistes entrent rarement dans une agence. Ils recueillent des chiffres faussés de la part de professionnels, qui se livrent à des moyennes glissantes gommant les accidents — un peu comme si on lissait le cours des actions en ne donnant que leur prix moyen sur douze mois ! Aucune enquête n’est entreprise, aucune vérification des sources n’a lieu. L’immobilier laisse donc le champ libre aux seuls régulateurs d’une psychologie autoréalisatrice des foules : « Les prix ne vont jamais cesser de grimper. » Nous nous sommes opposés à cette logique absurde en montrant d’abord que nous n’avons rien à vendre — aucune publicité ne vient polluer le forum. Nous avons pu ensuite nous ériger en service public, dans un secteur où n’existait que la convergence d’intérêts : les prétendus experts, qui se targuent parfois de dispenser un enseignement à l’Université, sont pour la plupart au service des professionnels de l’immobilier."

"Nous nous heurtons à de puissants intérêts en annonçant l’inévitable recul des prix : le gouvernement voit ses caisses renflouées par les impôts sur les ventes de biens et les classes moyennes satisfaites par « l’effet de richesse » qu’induit une hausse ininterrompue des actifs immobiliers. Les banques ont pour leur part consenti des prêts douteux à mesure que progressait le marché. Des pays comme l’Espagne, le Royaume-Uni, voire la France, se sont laissé enfermer dans une bulle spéculative. Or notre site, qui tâche de promouvoir une information libre et intransigeante en ne comptant que sur le bouche à oreille, offre une solution alternative de type Wikipedia. Notre prochaine initiative vise à créer une bourse de petites annonces gratuites. »

Partage