1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Sam.25 octobre 201425/10/2014 Dernière édition

Sabotage à la SNCF: retour sur un emballement politique

|  Par David Dufresne

La chronologie des faits est éclairante: l'opération contre les neuf de Tarnac fut médiatiquement maîtrisée de bout en bout par l'intérieur. A ceci près, comme nous le révélons, que la police aurait préféré différer les interpellations. Affaire politique, affaire médiatique, second volet de notre enquête avec les témoignages directs de deux mis en examen et du porte-parole du ministère de l'intérieur. Lire aussi:

Partage

Au cœur de l’enquête sur les sabotages de caténaires, deux questions mêlées se posent. L’une sur l'emballement médiatique, l’autre sur la mécanique politique. La simple chronologie des faits est éclairante.11 novembre, au petit matin, les policiers investissent une ferme, un appartement, une bibliothèque et un appartement à Tarnac (Corrèze) ; mais aussi une maison à Rouen et quelques adresses sur Paris. Il est environ 6 heures. A 8h17, alors que les perquisitions n’en sont encore qu’à leur début (celle de la ferme du Goutailloux, à Tarnac, va durer près de dix heures), un communiqué de presse tombe. Il est signé de la place Beauvau. Triomphant. Le ministère de l’intérieur se félicite d’un coup de ...

1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement


Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts !
Testez-nous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte