1€

2 mois offerts : plus que quelques jours pour en profiter

Mediapart fête son 7e anniversaire ! Offre spéciale : 3 mois d'abonnement pour 9€ seulement. En cadeau, des places pour le Cirque Romanes pour les 10 premiers abonnés.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Lun.30 mars 201530/03/2015 Édition de la mi-journée

Tarnac: «Mon fils est otage du ministère de l’Intérieur», accuse Gérard Coupat

|  Par David Dufresne

Entre deux visites à son fils en prison, soupçonné par la police d'être le chef de la «cellule invisible» qui serait impliquée dans des actes de sabotage à la SNCF, le père de Julien Coupat témoigne en vidéo pour Mediapart. Sur l'affaire, sur son fils, sur la justice, sur la police, sur la prison. Yldune Lévy libérée vendredi, Julien Coupat reste le seul de l'affaire en détention provisoire. Une drôle de manœuvre a eu lieu au Palais de justice de Paris, sur laquelle Gérard Coupat revient en détail, et qui a permis son maintien en prison. Tandis que les soutiens se multiplent.

Partage

C’était ce week-end, à deux pas de la prison de la Santé à Paris. Gérard Coupat et son épouse sortaient d’un parloir avec leur fils Julien. Celui dont la photo, donnée par la police à la presse, fait la Une depuis le 11 novembre 2008, quand cent cinquante policiers ont investi sa ferme communautaire de Tarnac (Corrèze). Au café, les deux parents racontent leur colère, leur détermination, leur fils «qui tient le choc» mais, quand même, qui «encaisse». Ils disent sa joie, aussi, vendredi soir, quand son amie Yldune Lévy fut libérée de Fleury-Mérogis où elle était incarcérée pour, comme lui, «destruction en réunion» et «association de malfaiteurs à visée ...

1€

2 mois d'abonnement offerts

Plus que quelques jours pour profiter de l'offre spéciale anniversaire, n'attendez pas : 3 mois d'abonnement au journal pour 9€ seulement.Abonnez-vous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte