élections européennes
Mediapart Live

«En direct de Mediapart», jeudi 24 avril dès 17h !

Rwanda, affaire Morel, élections européennes... Ne ratez pas notre soirée spéciale «Europe : tout est à refaire !», en direct depuis la rédaction.

REJOIGNEZ-NOUS

Mediapart
Mer.23 avril 201423/04/2014 Édition du matin

Marine Turchi

30 ans. Diplômée de l'ESJ Lille en 2007, j'ai rejoint Mediapart à sa création pour couvrir la droite et l'extrême droite.

Ses derniers articles

Deux ultras à la tête du cabinet de Robert Ménard à Béziers

|  Par Marine Turchi

Élu maire de Béziers avec le soutien du FN, Robert Ménard a placé à la tête de son cabinet deux personnages sulfureux issus de l'extrême droite.

Dans le Vaucluse, des élus UMP et FN font alliance

|  Par Marine Turchi

Dans le Vaucluse, où l'extrême droite réorganise elle-même la droite, deux épisodes marquent le flou des frontières. Le président UMP et le 2e vice-président FN de l'agglomération du Grand Avignon ont été élus avec les voix des deux partis. Au conseil municipal, un groupe de quatre élus issus de listes UMP et Rassemblement bleu marine s'est créé.

Le micro-parti de Marine Le Pen est visé par une information judiciaire

|  Par Mathilde Mathieu et Marine Turchi

Elle est ouverte pour « escroquerie en bande organisée », « faux et usage de faux ». Au cœur des investigations : des prestations et des prêts fournis à des tarifs élevés aux candidats investis par le FN.

« La frontière des électorats UMP et FN n’est plus étanche »

|  Par Marine Turchi

Chercheur spécialiste des comportements électoraux, Florent Gougou estime que le FN n'a pas « mis sous tension l'UMP » aux municipales étant donné l'effondrement de la gauche. Mais il relève que des électeurs de droite n'hésitent plus à voter FN pour battre la gauche.

Le « Monsieur sécurité » de Tabarot visé par une enquête

|  Par Marine Turchi

Le chef de la police municipale et directeur général adjoint des services de Michèle Tabarot, maire du Cannet et numéro deux de l'UMP, a été entendu le 27 mars à la demande du procureur de Grasse. Le magistrat cherche à vérifier les circonstances de l'intervention du policier lors de deux tentatives d'expulsions de familles roms.

Marine Le Pen condamnée pour de faux tracts

|  Par Karl Laske et Marine Turchi

Marine Le Pen sur France 3 Nord-Pas-de-Calais.Marine Le Pen sur France 3 Nord-Pas-de-Calais.

La présidente du FN a été condamnée jeudi à 10 000 euros d'amende dans l'affaire du faux tract appelant à voter Jean-Luc Mélenchon, lors de la législative de 2012, et utilisant une calligraphie arabe. Mediapart avait identifié des militants frontistes impliqués dans sa distribution.

Le vote FN s'est consolidé entre les deux tours

|  Par Marine Turchi

Marine Le Pen le 23 mars 2014.Marine Le Pen le 23 mars 2014. © Reuters

Le Front national remporte onze mairies. Les résultats démontrent surtout une consolidation du vote FN entre les deux tours : ses électeurs du premier tour ne l’ont pas délaissé au second ; et ses scores importants vont avec une participation élevée. Marine Le Pen évoque un « vote d'adhésion ».

Robert Ménard, la dérive de l'activiste de RSF

|  Par Marine Turchi

© Reuters

Élu à Béziers, celui qui a été pendant 23 ans le secrétaire général de Reporters sans frontières a poussé très loin sa conception de la liberté d'expression, théorisée dans un livre en 2003. Jusqu’à défendre le droit à s’exprimer des racistes et négationnistes.

Le vote FN cartographié dans ses deux zones fortes

|  Par Marine Turchi

Le chercheur Joël Gombin a réalisé des cartes interactives du vote FN commune par commune, mais aussi (pour le site Slate), dans deux zones fortes du parti lepéniste: le pourtour méditérranéen et le Pas-de-Calais, où le Front national est en train de conquérir des mairies.

Dans le sud-est, les stratégies de l'UMP pour survivre face au FN

|  Par Marine Turchi

Dans le sud-est, où la droite est mise sous pression par le Front national, certains UMP font campagne sans leur étiquette, d'autres choisissent de se rapprocher de l'extrême droite. Tour d'horizon du Vaucluse, premier département frontiste en 2012, maîtrisé par le duo Bompard-Maréchal-Le Pen.

Du nord au sud, le FN marche sur les mairies

|  Par Marine Turchi et Mathieu Magnaudeix

Marine Le Pen et Steeve Briois à Hénin-Beaumont, dimanche.Marine Le Pen et Steeve Briois à Hénin-Beaumont, dimanche. © Reuters

Sur fond de forte abstention, le Front national confirme sa progression des derniers scrutins. Il arrive en tête dans plusieurs villes, en particulier dans le sud-est où il balaie la droite. Il remporte dès le premier tour Hénin-Beaumont.

Les employés municipaux enrôlés par la «machine électorale» des Tabarot

|  Par Marine Turchi

M. Tabarot, avec J-F. Copé, le 13 novembre 2012.M. Tabarot, avec J-F. Copé, le 13 novembre 2012. © Reuters

Pour conserver la mairie du Cannet et conquérir Cannes, la numéro deux de l'UMP, Michèle Tabarot, et son frère Philippe ont mis en place une véritable « machine électorale ». Tractages, phoning, meetings : de nombreux employés du Cannet racontent comment le personnel municipal est utilisé à des fins politiques et décrivent un système de « pressions ».

Affaire Copé : cette facture de Bygmalion qui a fait bondir le PS

|  Par Michel Deléan et Mathilde Mathieu et Ellen Salvi et Marine Turchi

600 euros de l'heure. C'est le tarif de la formation que Jérôme Lavrilleux, directeur de cabinet de Jean-François Copé et conseiller général de l'Aisne, a prétendu faire payer à sa collectivité, au bénéfice de la société Bygmalion. Le conseil général a refusé de régler un centime.

Comptes de l’UMP : ce qui pourrait intéresser la justice

|  Par Mathilde Mathieu et Ellen Salvi et Marine Turchi

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris à la suite des révélations du Point sur les contrats passés entre l’UMP et le groupe Bygmalion, détenu par des proches de Jean-François Copé. Mais la justice pourrait ratisser plus large encore.

Face aux affaires, l'UMP se divise entre omerta et grand ménage

|  Par Ellen Salvi et Marine Turchi

Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy.Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy. © Reuters / Philippe Wojazer

Certains élus réclament une opération mains propres à l'UMP, tandis que d’autres préfèrent repousser le grand ménage après les municipales. Copéistes et sarkozystes oscillent entre le silence total et le « circulez, il n’y a rien à voir ».

Les affaires plongent l'UMP dans le chaos

|  Par Ellen Salvi et Marine Turchi

Le 18 décembre 2013, au siège de l'UMP.Le 18 décembre 2013, au siège de l'UMP. © Reuters

L’UMP fait face à une succession d’affaires retentissantes. Plus d'un an après le psychodrame de son élection interne, le parti continue à se déchirer sur fond de règlements de comptes et d’ambitions présidentielles. 

Soupçons de détournement: Brigitte Barèges entendue par la police judiciaire

|  Par Marine Turchi

La maire UMP de Montauban, Brigitte Barèges a été entendue par la police judiciaire dans le cadre d'une enquête portant sur un éventuel détournement de fonds publics. Comme l'a révélé Mediapart, un chargé de communication l'accuse de l'avoir rémunéré, « aux frais de la collectivité », pour écrire dans des journaux locaux des articles «pro-Barèges»

Les reportages bidonnés du « Monsieur sécurité » de Michèle Tabarot

|  Par Marine Turchi

Alain Cherqui, dans un reportage du 21 juillet 2008, sur TF1.Alain Cherqui, dans un reportage du 21 juillet 2008, sur TF1.

La secrétaire générale de l'UMP, Michèle Tabarot, a fait de la police municipale de sa ville du Cannet un véritable fer de lance. Pour vanter son action, son « Monsieur sécurité » et chef de la police municipale a mis en scène de faux témoins, dont certains de ses policiers, dans de nombreux reportages diffusés notamment sur TF1.

Copé invente la transparence sous scellés

|  Par Ellen Salvi et Marine Turchi

Pour riposter au Point, Jean-François Copé a annoncé lundi la publication de « l’intégralité de la comptabilité » de l’UMP... mais seulement si les autres partis en font autant. En attendant, lesdits comptes seront placés « dans une pièce qui sera scellée par un huissier ».

En finir avec les idées reçues sur le « FN, parti des ouvriers »

|  Par Marine Turchi

Marine Le Pen et Steeve Briois à l'entrée d'une usine à Douvrin (Pas-de-Calais), le 26 mars 2012.Marine Le Pen et Steeve Briois à l'entrée d'une usine à Douvrin (Pas-de-Calais), le 26 mars 2012. © Reuters

Si des terres de gauche basculent vers l’extrême droite, ce ne sont pas les ouvriers qui votaient hier pour la gauche qui votent désormais pour le FN. C'est ce qui ressort des travaux des chercheurs Nonna Mayer et Florent Gougou. Ils démontrent qu'il s'agit plutôt d'un « droito-lepénisme » que d'un « gaucho-lepénisme », thèse pourtant dominante dans les médias.