Gagnez 3 ebooks Mediapart

Spécial offre d'été : Abonnez-vous à Mediapart pour 9€, au lieu de 27€. Affaire Bygmalion, Guerre dans les Balkans, Europe... Les 10 premiers abonnés gagneront 3 ebooks Mediapart.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Sam.26 juillet 201426/07/2014 Édition de la mi-journée

Valère Novarina: «Le langage est offensif»

|  Par Sylvain Bourmeau

Ecrivain devenu metteur en scène et peintre, artiste total en somme, Valère Novarina a voulu revenir d'abord au texte, au théâtre utopique de ses débuts pour Le Vrai Sang, une nouvelle pièce tranchante, tout juste créée à l'Odéon, là même où il connut, en 1966, le choc Genet avec des Paravents encadrés de CRS. Entretien vidéo et extrait du texte.

Partage

Pour écrire Le Vrai Sang, Valère Novarina s'est isolé dans les montagnes. Au terme d'une journée de travail, il s'autorisait une descente dans la poudreuse. Cette fois, il voulait d'abord écrire, retourner au « théâtre utopique », en livrer des kilomètres, un texte cinq ou six fois trop long pour la scène, comme un roman théâtral. Revenir en somme à l'époque où il ne mettait pas lui-même en scène. Coucher d'abord le texte sur du papier avant de le coller au mur, le remettre à plat en jeu d'épreuves avant de le confier enfin aux comédiens, à relever, ressusciter, dit-il.

Valère Novarina est reparti de la Savoie, du Thonon de son enfance et de la suite, de la foire et de la roue colorée du Gugusse de la loterie ...

2mois

Gagnez 3 ebooks Mediapart

Spécial offre d'été : Abonnez-vous à Mediapart pour 9€, au lieu de 27€. Affaire Bygmalion, Guerre dans les Balkans, Europe... Les 10 premiers abonnés gagneront 3 ebooks Mediapart.Abonnez-vous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte