À minuit, il sera trop tard

Plus que quelques heures pour bénéficier de l'offre d'été : deux mois d'abonnement à Mediapart offerts. À gagner, le tee shirt Mediapart pour les 50 premiers abonnés.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Mer.03 septembre 201403/09/2014 Édition du matin

Bachir Saleh est protégé par la France : le pouvoir s'emmêle

|  Par Louise Fessard et Carine Fouteau

Pourquoi les autorités françaises n'ont-elles pas arrêté Bachir Saleh, ex-directeur de cabinet de Kadhafi ? Ce dernier vit tranquillement en France alors qu'une notice rouge d'Interpol le signale comme recherché par la Libye. Nicolas Sarkozy dit qu'il y a un doute sur l'identité de la personne recherchée, tandis que François Fillon, lui, n'était carrément pas au courant.

Partage

Pourquoi les autorités françaises n'arrêtent-elles pas Bachir Saleh, ex-directeur de cabinet de Kadhafi, pour le remettre aux autorités libyennes qui le réclament pour “escroquerie” ? Le gouvernement français, qui a accueilli à bras ouverts ce proche du dictateur déchu, au cœur des révélations de Mediapart, prétexte un problème d'identification. 

Mardi matin, Nicolas Sarkozy a ainsi assuré, sur RMC/BFMTV, que si « M. Saleh est recherché par Interpol, il sera livré à Interpol ». « Sur le mandat d'Interpol, c'est une autre identité », a-t-il expliqué, « les services du Quai d'Orsay et du ministère de l'intérieur sont en train de regarder la question ». ...

2mois

À minuit, il sera trop tard

Plus que quelques heures pour bénéficier de l'offre d'été : deux mois d'abonnement à Mediapart offerts. À gagner, le tee shirt Mediapart pour les 50 premiers abonnés.Abonnez-vous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte