1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Ven.28 novembre 201428/11/2014 Dernière édition

A Rio+20, les associations se fâchent mais ratent leur sortie

|  Par Claude-Marie Vadrot

Que vaut et que représente désormais un mouvement associatif international trop intégré à l’ONU et trop professionnalisé, à la recherche d’un consensus introuvable ? Le sommet de Rio+20 sur le développement durable en illustre une nouvelle fois les impasses. Les grandes ONG doivent changer de toute urgence.

Partage

Rio de Janeiro, de notre envoyé spécial

Jeudi matin, ayant convoqué la presse toutes affaires cessantes, les représentants de quelques grandes majors de l’écologie associative mondiale ont expliqué aux journalistes à quel point ils désapprouvaient les décisions de la Conférence de Rio. Celles-ci devaient être annoncées vendredi après leur adoption par consensus, aucun Etat n’ayant réussi à en changer quelques virgules. Tour à tour, les responsables d’ONG comme WWF, Greenpeace ou Oxfam ont dénoncé en termes très vifs les insuffisances et les « trahisons » des résolutions : qu’il s’agisse de l’économie verte, de la gouvernance, de la biodiversité, des océans, de la ...

1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement


Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts !
Testez-nous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte