Abonnements cadeaux Mediapart

L'indépendance a un prix

À qui appartient votre journal ? À ceux qui y défendent leurs intérêts ou à ceux qui le lisent ? Abonnez-vous à Mediapart pour un euro seulement le premier mois.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Dim.01 février 201501/02/2015 Dernière édition

«El País»: enquête sur un grand quotidien torpillé

|  Par Ludovic Lamant

Le couperet est tombé mi-novembre : 129 journalistes d'El País ont été licenciés. Un tiers des effectifs. Pourtant, le fleuron de la presse espagnole résiste bien mieux que ses concurrents à la crise. Le quotidien de Juan Luis Cebrian paie  le prix de la folie des grandeurs de ses dirigeants et de ses conseillers... dont un certain Alain Minc.

Partage

Lorsque Juan Luis Cebrian, le tout-puissant patron d'El País, a annoncé à ses salariés, en octobre, les grandes lignes du plan social qui les attendait, il s'est justifié avec un argument massue : le journal, premier quotidien d'Espagne, ne peut plus « continuer à vivre aussi bien ». Trop de journalistes, trop bien payés. Le raisonnement rappelle celui de Mariano Rajoy, le chef du gouvernement (droite), qui, à chaque nouveau plan d'austérité, explique aux Espagnols, l'air contrit, que le pays ne peut plus continuer à « vivre au-dessus de ses moyens ».

El País, concentré à lui tout seul du marasme espagnol ? La crise que traverse le fleuron de la presse hispanophone, propriété du groupe de médias Prisa, ...

L'indépendance a un prix

Abonnez-vous à Mediapart pour un euro seulement le premier mois.Abonnez-vous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte