live
Mediapart Live

Offre exceptionnelle disponible jusqu'à minuit !

Mediapart à prix réduit : 6 mois d'abonnement à Mediapart pour 20€ seulement, au lieu de 54€. N'attendez pas ! En cadeau pour les 50 premiers abonnés : le tee shirt Mediapart.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Jeu.18 décembre 201418/12/2014 Dernière édition

Piketty ausculte le capitalisme, ses contradictions et ses violentes inégalités

|  Par Joseph Confavreux et Laurent Mauduit

C’est un livre exceptionnel que publie l’économiste Thomas Piketty. Intitulé Le Capital au XXIe siècle (Editions du Seuil), cette somme érudite dresse un impressionnant constat de la répartition des richesses, non pas seulement en France mais sur toute la planète, non pas seulement pour la période récente mais pour les trois derniers siècles. Dans un entretien avec Mediapart, l'auteur analyse la contradiction fondamentale qui oppose croissance économique et rentabilité du capital.

Partage

C’est un bulldozer théorique et politique que publie le 5 septembre l’économiste Thomas Piketty. Intitulé Le Capital au XXIe siècle (Editions du Seuil, 976 pages, 25 euros). Compte tenu du retentissement que mérite d’avoir ce livre, compte tenu de l’importance qu’il peut avoir dans le débat économique, Mediapart a décidé de lui accorder une place elle-même exceptionnelle : en donnant la parole longuement à l’auteur sous la forme d’un entretien, que l’on pourra découvrir ci-dessous ; et puis, en publiant dans les prochains jours des bonnes feuilles de ce livre, celles qui exposent l’idée d’un impôt mondial sur le capital, assorties de la suite de l’entretien (en vidéo cette fois) avec l’auteur, sur ce volet spécifique de son livre

Les lecteurs et abonnés de Mediapart connaissent de longue date Thomas Piketty, qui a souvent pris la parole dans nos colonnes ou dont les travaux de recherche y ont souvent été évoqués. Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et professeur à l’Ecole d’économie de Paris, il a publié déjà des travaux marquants, dont Les Hauts Revenus en France au XXe siècle (Grasset, 2001), ou encore, en collaboration avec Camille Landais et Emmanuel Saez, Pour une révolution fiscale (Seuil, République des idées, janvier 2001), un ouvrage qui a marqué les débats économiques à gauche et dont le parti socialiste s’est inspiré, avant que François Hollande ne finisse  par opter pour le conservatisme fiscal.

Sur Mediapart, Thomas Piketty a aussi souvent pris la parole : une fois dans un face-à-face avec François Hollande, en ouverture de la campagne présidentielle (on retrouvera les vidéos ici), et de nombreuses autres fois pour analyser la politique fiscale du gouvernement et la déception qu’elle lui inspirait (voir là en particulier lors d’une soirée en live de Mediapart).

[[lire_aussi]]Mais avec ce nouveau livre, Thomas Piketty affiche une tout autre ambition. Produit de quinze années de recherches, les siennes et celles d’autres économistes qui ont travaillé avec lui, alimenté par des études historiques sur longue période et des sources statistiques inédites couvrant une vingtaine de pays de par le monde, l’auteur montre avec minutie ce qu’ont été les évolutions de la répartition des richesses, celles des revenus tout autant que celles des patrimoines. C’est, en somme, une véritable plongée dans le cœur même du capitalisme à laquelle nous invite l’auteur, pour en cerner ses tendances profondes en même temps que ses contradictions. Plongée très argumentée puisque l’auteur a même pris soin de fournir la totalité des sources et données statistiques mentionnées dans son livre, en accès libre sur une page dédiée du site Internet de l’École d’économie de Paris : on peut la consulter ici.

Thomas Piketty nous conduit donc dans une promenade intellectuelle cultivée, interpellant au passage quelques célèbres anciens, de Pareto jusqu’à Marx (et sa fameuse loi tendancielle de péréquation des taux de profit, que l’auteur revisite, à la lumière des évolutions de très long terme du rendement du capital). Mais surtout, il nous montre les inégalités formidables, également sur une très longue période, que cette dynamique interne au capitalisme peut engendrer – jusqu’aux inégalités d’aujourd’hui qui menacent les principes de justice sociale.

Car si les inégalités face au patrimoine sont de nos jours beaucoup moins spectaculaires qu’elles ne l’étaient avant la première guerre mondiale, à l’époque de ce que l’on a improprement appelé la Belle Epoque, elle se creusent de nouveau sous l’effet de l’enrichissement accéléré d’une infime minorité. Enrichissement qui, selon lui, ne peut pas être soutenable sur le long terme, sauf à accepter une remise en cause de l’équilibre même de nos démocraties.

Le chercheur en vient donc à analyser la dynamique interne du capitalisme, qui est à l’origine de ces violentes mutations sociales, et nous invite à réfléchir à ce qui lui apparaît être la contradiction centrale du système, celle qui oppose la croissance économique au rendement du capital.

En bref, pour le débat économique et politique, c’est, nous semble-t-il, une œuvre majeure que publie Thomas Piketty. On découvrira page suivante l'entretien que nous avons eu avec lui.

Partage