1€

Testez-nous pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Lun.21 avril 201421/04/2014 Dernière édition

A Gray, enfants et enseignants sont désemparés après l’expulsion d’une famille tchétchène

|  Par Carine Fouteau

L'expulsion d'une famille tchétchène installée à Gray, en Franche-Comté, a plongé la communauté enseignante et les copains d'école dans le désarroi. Du jour au lendemain, les Aoucheva ont été renvoyés en Pologne par avion spécial affrété par le ministère de l'Immigration. Mediapart est allé à la rencontre de ceux qui sont restés et qui peinent à comprendre le départ d'une famille à laquelle ils s'étaient attachés. Voir également le diaporama du photographe Nicolas Guerbe.

Partage

© Nicolas Guerbe

 

Une famille tchétchène expulsée, qu'est-ce qu'il reste ? Des enseignants, des enfants, petits et grands, des voisins et des amis désemparés. Mercredi 21 mai 2008, Laëla Aoucheva, son mari Ayub et leurs cinq enfants sont réveillés à l'aube par des gendarmes. Pas le temps de faire les bagages, quelques affaires sont rassemblées à la va-vite dans des sacs-poubelle, et c'est le départ, sous le regard effaré de voisins et d'amis prévenus à la dernière minute. En situation irrégulière sur le territoire, ils sont conduits à l'aéroport de Dole-Tavaux (fermé aux vols réguliers) et aussitôt expulsés vers Varsovie.

 

Pourquoi en Pologne ? Venus de Tchétchénie, c'est par ...

1€

Les 15 premiers jours

Testez-nous pour 1€ seulement !
Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts !
Testez-nous !

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte