Plus que quelques jours pour profiter de l'offre d'été

Abonnez-vous à Mediapart pour 9€ seulement au lieu de 27€. À gagner, cette semaine : le livre Combat pour une presse libre, dédicacé par Edwy Plenel, pour 10 premiers abonnés.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Jeu.28 août 201428/08/2014 Édition de la mi-journée

Harlem Désir au PS: quatre mois et pas d'émoi

|  Par Stéphane Alliès

Parti « fermé pour cause de gouvernement », disait Motchane en 1982. Pas sûr que cela ait changé… Depuis sa désignation, Harlem Désir, l’ancienne icône de SOS Racisme, peine à imprimer sa marque. Il cherche une ligne entre la défense d’un gouvernement hésitant et la réponse aux attentes militantes. Un risque : le coma.

Partage

« Déjà quatre mois ?! C’est un peu déprimant… » Pas facile de savoir ce que veut dire ce secrétaire national quand on lui fait remarquer que cela fait quatre mois que Harlem Désir est à la tête du parti socialiste. Depuis sa désignation, entérinée par deux tiers des militants (les autres lui préférant alors le nouveau porte-parole de l’aile gauche du PS, Emmanuel Maurel) au dernier congrès de Toulouse, l’ancienne icône de SOS-Racisme dans les années 1980 peine encore à imprimer sa marque. Ancien no 2 de Martine Aubry, après avoir échoué en 2008 à prendre le parti au congrès de Reims avec son mentor d’alors, Bertrand Delanoë, celui que tout le monde appelle ...

2mois

Plus que quelques jours pour profiter de l'offre d'été

Abonnez-vous à Mediapart pour 9€ seulement au lieu de 27€. À gagner, cette semaine : le livre Combat pour une presse libre, dédicacé par Edwy Plenel, pour 10 premiers abonnés.Abonnez-vous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte