1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Jeu.23 octobre 201423/10/2014 Dernière édition

A Marseille, des policiers de proximité font de la résistance depuis 1991

|  Par Louise Fessard

L'Unité de prévention urbaine ne compte que dix policiers mais depuis vingt ans, elle démine les tensions dans les quartiers grâce au dialogue et une connaissance fine des lieux. Ancien officier de police, Serge Supersac explique comment cette unité, unique en France, a été préservée des alternances politiques par les associations et élus.

Partage

Lire aussi Sécurité: le dialogue police/population est «rompu» Par Erich Inciyan Que fait (mal) la police dans les banlieues? Par Joseph Confavreux et Louise Fessard

« Pour vivre heureux, vivons cachés. » Tel pourrait être le slogan de l'Unité de prévention urbaine (UPU), qui, à Marseille, a survécu aux alternances politiques depuis 1991. Cette toute petite unité de police de proximité, spécialisée dans le renseignement, compte seulement une dizaine de policiers. Mais selon Serge Supersac qui a étudié ce dispositif, « son sigle est aussi connu dans les quartiers que celui de la BAC (brigade anticriminalité) ».

Ancien commandant de police, passé par la BAC de Seine-Saint-Denis, Serge ...

1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement


Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts !
Testez-nous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte