Que fait (mal) la police dans les banlieues?

Il y a tout juste six ans, le 27 octobre 2005, Zyed Benna, 17 ans, et Bouna Traoré, 15 ans, mouraient à Clichy-sous-Bois, en fuyant la police. L’anthropologue Didier Fassin dresse aujourd’hui un constat catastrophique de l’action des BAC dans les banlieues, qui relèverait davantage d’un processus de chasse dans une «jungle» que d’une opération de maintien de l’ordre ou de lutte contre la délinquance.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Des brigades anti-criminalité (BAC) dont les insignes exhibent, au choix, les barres d’une cité prise dans la lunette de visée d’un fusil, des meutes de loup devant des tours d’habitation, une panthère déchirant de ses griffes un quartier plongé dans l’obscurité ou une araignée emprisonnant dans sa toile un ensemble d’immeubles.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal