Sécurité: le dialogue police/population est «rompu»

Brice Hortefeux n'a rien dit des rapports, pourtant commandés par lui, sur la dégradation des relations entre la jeunesse des quartiers populaires et la police. Est-ce parce qu'ils critiquent la politique sécuritaire mise en œuvre ces dernières années?

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Priver de la nationalité française les tueurs de policiers s'ils sont «d'origine étrangère»... Le discours grenoblois de Nicolas Sarkozy a été aussitôt relayé par son ministre de l'intérieur. Relayé et amplifié : Brice Hortefeux veut étendre la mesure de déchéance aux auteurs «d'excision, de traite d'êtres humains ou d'actes de délinquance grave». Une fois n'est pas coutume, le «premier flic de France» (qui, faut-il le rappeler, a fait appel de sa récente condamnation pour injure raciale) se montre ainsi plus sarkozyste que son mentor.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal