Après 20 ans d’arnaques, il se dénonce

La nouvelle star des banquiers d’affaires
était un faussaire

Par Antton Rouget

Scrollez...

Le gratin du rugby mondial s’est retrouvé pour jouer au golf. Ce samedi 6 juin 2009, sur le parcours de Saint-Quentin-en-Yvelines, la 3e édition de l’« Open de France des rugbymen » rassemble un aréopage cinq étoiles. L’un des plus grands joueurs de l’Histoire, le Néo-Zélandais Jonah Lomu, a fait le déplacement en compagnie d’une flopée d’internationaux français, dont le plus capé d’entre eux Philippe Sella, et du président de la Ligue nationale de rugby (LNR) Pierre-Yves Revol.

La petite équipe enchaîne quelques putts dans une ambiance bon enfant, avant de déboucher des grands crus de vin et de champagne dans le club-house. Au milieu des VIP, un homme brun, allure banale, taille moyenne et carrure frêle, peine à capter les regards. Le banquier français Fabien Gaglio est pourtant le mécène du tournoi. Il a claqué pas moins de 90 000 euros pour l’occasion. Une paille, pour lui. Surtout depuis qu’il a pris l’habitude de taper directement dans le portefeuille des autres.

Fabien Gaglio à l'Open de France des rugbymen 2009. © Dailymotion/Institut du citoyen visible

Banquier richissime (« milliardaire », selon certains de ses « amis »), habile gestionnaire de fortune et bienfaiteur des stars, le quadragénaire est aujourd’hui au cœur d’une affaire financière tentaculaire. Une des plus grandes et spectaculaires escroqueries de ces dernières années, qui a vu le jour à Genève, où Gaglio travaillait, avant de prospérer dans le reste de l’Europe (France, Espagne, Royaume-Uni, Italie), aux États-Unis ou à Hong Kong. Ce scandale aux ramifications multiples met en scène une galaxie complexe.

En France, des chefs d’entreprise, des personnalités du show-biz et de grands sportifs ont profité des largesses du jeune banquier. Lequel fricotait au même moment avec les acteurs les plus sulfureux des réseaux de blanchiment internationaux.

Dans cette histoire à l’intersection du Loup de Wall Street et d'Arrête-moi si tu peux, Fabien Gaglio a endossé le rôle du personnage principal : le sien, celui d’un banquier devenu roi des faussaires. Ou plutôt d’un faussaire devenu roi des banquiers.

En 1997, ce fils d’une famille modeste du sud de la France, titulaire d’un DEUG de droit, débarque à Londres. Il a alors 24 ans et enchaîne les petits boulots dans la restauration avant de réussir à intégrer, l’année suivante, la banque Union Investment Management, dans le quartier de Mayfair, le pied-à-terre des milliardaires européens, russes ou saoudiens. Le néophyte vend des hedge funds* Les hedge funds sont des fonds d'investissement à vocation spéculative : ils reposent sur des prises de risque élevées et suscitent donc des espoirs de gain élevés. puis présente un faux diplôme pour rejoindre la réputée banque d’investissement américaine Merrill Lynch, pour laquelle il lève des fonds en Italie et en France.

Gaglio gravit ensuite les échelons de la finance à la vitesse de l'éclair. Grâce à son bagout plus qu’à ses compétences de gestion, après Merrill Lynch, le voilà qui intègre le « département Europe » de Rothschild, également situé dans la capitale britannique. Puis en 2005, il reprend à Genève Hottinger & Partners SA (HPSA), une société de gestion à laquelle il apporte une partie de sa clientèle.

Cette progression fulgurante lui vaut de remporter, en septembre 2011, le titre de meilleur gestionnaire de fortune de l’année décerné par l’instance de représentation principale dans la profession, la Step (Society of Trust and Estate Practitioners). Un award qui lui est remis à Londres par l’acteur Alistair McGowan. C’est la consécration, à tout juste 38 ans. Personne n’imagine alors que ce golden boy séduisant flambe de l’argent qu’il n’a pas et maquille ses résultats de manière frénétique. Associés, clients, « amis », tout le monde est sous le charme, enivré par les millions qui pleuvent sans s’arrêter.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pourquoi s’abonner à Mediapart ?

  • Journal totalement indépendant
  • Informations exclusives et inédites
  • Diversité des contenus (enquêtes, vidéos, portfolios...)
  • Abonnement sans engagement
S'ABONNER à partir de 1 €

Déjà abonné(e) ? Identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?