Au bonheur des arbres

Par

En France, l’exploitation forestière est l’un des secteurs qui génèrent le plus de déficit commercial. Le pays exporte des grumes (des pièces de bois formées d’un tronc ou d’une portion de tronc) et réimporte le bois sous forme de produits transformés, ce qui fait de la France une économie extractiviste, l'une de celles qui exploitent industriellement la nature. Ce n’est pas le cas au domaine du Bois Landry. Ceux et celles qui gèrent cette vaste forêt privée d’Eure-et-Loir ont placé au cœur de leurs préoccupations les enjeux de développement durable, de valorisation et de diversification des filières : atelier de menuiserie, recherche scientifique, accueil en cabanes, production de miel de forêt… Et demain, sentiers thérapeutiques, production de plantes de la forêt… Leur projet : transmettre ce massif aux générations futures tout en produisant de l’emploi. Patrick Bard a passé une année à photographier le Bois Landry.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Eure-et-Loir, automne 2017. Aux frontières de la Beauce et du Perche, le domaine du Bois Landry, forêt privée de 1 250 hectares, est entouré par la plaine.

Voir tous les portfolios