Camille Henrot et le Tout-Monde 2.0

13 photos

La révolution numérique a bouleversé nos rapports au monde : un Tout-Monde 2.0 désormais mis à plat, sans frontière, hyper connecté, en mouvement, mais aussi surveillé, isolant et infecté de virus. Inspirée d'une étude sur les Dogons, peuple du Mali, l'exposition The Pale Fox de Camille Henrot au centre d'art et de recherche Betonsalon propose une immersion dans un bleu pétant, un Klein d'œil au bleu de Facebook et des anciens fonds perdus utilisés par le cinéma pour les effets spéciaux. Henrot décompose des fragments du réel pour créer un flux d'images et d'objets qui se succèdent comme sur une chaîne d'information en continu, un flux d'actualité qui aurait été hacké par un virus : celui d'une curiosité désordonnée et vouée à l'échec. Visite guidée avec l'artiste, en 13 images, avant fermeture.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Vue de l’exposition de Camille Henrot, "The Pale Fox". Bétonsalon - Centre d’art et de recherche, Paris, 2014. © Aurélien Mole

    Pop Up. Henrot connecte des images d'archives personnelles ou d'inconnus, des photos de presse, des dessins et des sculptures en bronze, des animaux naturalisés, des tablettes numériques, des emballages Apple... Autant d'éléments qui proposent une mise à plat de notre époque, et qui surgissent comme des pop-up. On retrouve d'ailleurs cette idée de la fenêtre comme ouverture sur le monde ou enfermement, avec un store qui, en s'ouvrant, évoque la trame vidéo. 

    « Lorsqu'on visite un atelier d'artiste, on retrouve toujours des images de référence, des images découpées et épinglées sur les murs. Lorsque je faisais mes recherches pour le film Grosse Fatigue au Smithsonian Institute à Washington, j'étais intriguée par toutes ces images que les chercheurs avaient clipées sur leurs ordinateurs ou au-dessus de leurs bureaux.

    Avec "The Pale Fox", on est dans l'idée de l'espace mental,  je présente des documents qui sont dans notre environnement immédiat. Apocalypse, montée des sectes, témoins de Jéhovah, animaux brûlés dans des forêts : nous sommes confrontés chaque jour à ces images sombres du monde, mais que nous ne voyons plus tellement nous les avons intériorisées. » The Pale Fox fonctionne alors comme une immersion physique dans le disque dur de son précédent film Grosse Fatigue. Primé à la Biennale de Venise en 2013, ce film présentait une origine du monde multiple et métissée, racontée en slam par l'écran d'un ordinateur en surchauffe. Cliquer ici pour en découvrir certains extraits. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 15 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Gabriel Gauffre et Sadak Souici / Agence Le Pictorium
Portfolio — 13 photos
par Rachida El Azzouzi

À la Une de Mediapart

Journal — France
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — France
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal — International
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal — International
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant