Détenus et travailleurs de l’ombre

Le centre de détention de Melun, en Seine-et-Marne, accueille des prisonniers condamnés à de longues peines. Cinq jours par semaine, de 7 heures à 13 h 30, une centaine d’entre eux travaillent dans les ateliers d’impression et de métallurgie. Ils apprennent des métiers qui pourront leur être utiles après leur libération.
Très peu de photographes et de journalistes sont autorisés à l’intérieur des murs de la prison. Sadak Souici et Arthur Frayer-Laleix ont pu obtenir l’accès aux cellules et aux postes de travail.

Mots-clés

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. À Melun (Seine-et-Marne), depuis les fenêtres, les détenus aperçoivent la ville.

Voir tous les portfolios