En Algérie, la contestation du stade à la rue

Par

En Algérie, le foot est partout. C’est le sujet favori d’une jeunesse qui s’ennuie et qui ne se reconnaît ni dans l’État, ni dans ses institutions. Entre petits boulots, débrouille, les mœurs qui se radicalisent, elle est en proie à toutes les frustrations dans un pays où le droit de manifester est quasi interdit.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner
  1. En Algérie, le foot est partout. C’est le sujet favori d’une jeunesse qui s’ennuie et qui ne se reconnaît ni dans l’État, ni dans ses institutions. Entre petits boulots, débrouille, les mœurs qui se radicalisent, elle est en proie à toutes les frustrations dans un pays où le droit de manifester est quasi interdit. Pourtant, un espace échappe à cette fatalité. Le stade devient une fois par semaine fureur et défoulement.

    Ensemble, les supporters chantent le chômage, la pauvreté, l’Europe où ils rêvent d’aller. Ils défient l’État ou les généraux qu’ils tiennent pour responsables de la ruine du pays. Ils affirment leur appartenance à leur quartier, véritable identité empreinte des valeurs qui jadis libérèrent l’Algérie mais qui ont, à leurs yeux, été trahies par le pouvoir. Au stade, ils goûtent à la liberté.

    Si pendant des années, le pouvoir a instrumentalisé le football pour éloigner la population de la politique, aujourd’hui, l’outil lui échappe. Comme au temps de la colonisation, le stade est de nouveau un espace de consolidation nationale et de résistance. Le cirque romain est mort pour laisser place à l’agora grecque. Le temps d’un match…

    9 février 2016, Bab El Oued, Alger. Moh se partage entre hip-hop et foot. Ils vont peu au stade, mais sont supporters du Mouloudia (MCA). Dans les quartiers, tous les jeunes se définissent, entre autres, par leur allégeance à un club.

  2. 8 octobre 2015, Belcourt, Alger. Les salles de billard disparaissent peu à peu pour laisser place à de nouveaux jeux. Quelques consoles et écrans plasma et vous pouvez jouer une partie pour 30 dinars (25 centimes d’euros). Les jeux sont à très grande majorité des jeux de foot.

  3. 3 février 2016, Casbah, Alger. La Casbah est un quartier historique inscrit au patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco depuis 1992, qui se désagrège depuis des années. Cette Douera est en train de s’écrouler, comme beaucoup d'habitations dans le quartier. Un poster de foot fait partie des rares objets abandonnés par les habitants.

  4. 23 février 2016, Casbah, Alger. Des enfants jouent sur un minuscule terrain dans le quartier de la basse Casbah. Dès leur plus jeune âge, ils ont déjà fait allégeance à leur club, le MCA. Le choix d’une équipe est souvent celui du père ou du quartier. La basse Casbah est réputée « supporter » le MCA et la haute, son frère ennemi, l’Union sportive de la Médina d’Alger (USMA), créée en 1937. Les supporters de l’USMA sont principalement algérois.

  5. L’Olympia fait partie de ces nombreux cinémas qui datent de l’époque coloniale. Il n’existe que très peu de cinémas à Alger et dans le pays. Les autres survivent en diffusant les matchs de foot européens et plus rarement des DVD. Les jeunes peuvent ainsi sortir de la rue quelques heures, pour un ou deux matchs.

  6. 30 avril 2016, Bab El Oued, Alger. À la veille de la finale de la coupe d’Algérie, un supporter du MCA se tient debout sur la célèbre horloge de la place des Trois-Horloges, au centre de Bab El Oued. Cette place, aux couleurs du MCA, est aussi considérée comme la place symbolique de ce club. Le foot est l’occasion pour chaque supporter et chaque quartier d’affirmer son identité et sa fierté.

  7. 5 mars 2015, Mascara. Des supporters du MCA tentent d’escalader la porte du stade, sous l’œil d’un policier plutôt tolérant. C’est assez exceptionnel, mais hors de la capitale, la surveillance policière est moins drastique.

  8. 22 novembre 2014, Bologhine, Alger. Des supporters de l’USMA chantent durant le derby contre le MCA. À cause des violences, ce match se déroule à huis clos. Les supporters se retrouvent devant l’église Notre-Dame d’Afrique afin de pouvoir entrevoir le match en contrebas.

  9. 22 décembre 2015, stade du 5-Juillet, Alger. Le stade du 5-Juillet est plein à craquer pour le derby MCA-USMA. Récemment rénové après l’écroulement d’une tribune qui fit deux morts, ce stade possède 85 000 places.

  10. 29 octobre 2015, stade du 5-Juillet, Alger. Les ultras du MCA sont en plein chant. La chorégraphie inclut les bras en l’air. Pour ces ultras, il est impératif de se mettre torse nu quelle que soit la température, afin de montrer leur allégeance.

  11. 16 janvier 2016, Belcourt, Alger. Défoulement des ultras du CRB au stade du 20-Août sous le mémorial du Martyr d’Alger, après un but marqué contre leur adversaire du MCA leur assurant la victoire. Ce stade est resté longtemps le plus important en Algérie. C’est dans cette enceinte que le Front islamique de salut (FIS) organisait ses meetings avant que la guerre civile n’éclate.

  12. 1er mai 2016, stade du 5-Juillet, Alger. Lors de la finale de la Coupe d’Algérie, les ultras scandent des insultes envers l’État, le président, les généraux, la police. Lors des finales, l’État remplit un tiers du stade avec des officiels en uniforme. Généraux, militaires, policiers et pompiers brandissent des drapeaux algériens.

    Près de deux ans plus tard, dès le premier grand vendredi de manifestation contre un cinquième mandat du président Bouteflika, la Casa del Mouradia, qui dénonce le « système », machine à produire des inégalités, de la corruption et des combines, hymne phare des ultras de l’USMA, un des plus importants clubs d’Alger, était entonnée par les manifestants. Même le cri de désespérance sociale des supporters marocains du Raja Casablanca, Fi bladi delmouni, a été repris dans les cortèges.

  13. 29 octobre 2015, stade du 5-Juillet, Alger. La police tente de contrôler les ultras en séparant un par un les plus agressifs des autres supporters. Loin des regards, ils seront intimidés, parfois tabassés ou interpellés.

  14. 1er mai 2016, Bab El Oued, Alger. Des supporters du MCA fêtent leur victoire en finale de la Coupe d’Algérie sur la place des Trois-Horloges, au centre de Bab El Oued.

  15. 22 décembre 2015, stade du 5-Juillet, Alger. Prière pendant le derby MCA-USMA, aux abords du stade où stationnent des fourgons de police.

Voir tous les portfolios

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale