En Italie, tabassés parce que venus d’ailleurs

8 photos

En Italie, depuis l’arrivée au pouvoir de la coalition formée par le Mouvement Cinq Étoiles et la Ligue (extrême droite), la politique migratoire s’est durcie, et, conséquence des discours politiques haineux, les violences à caractère raciste ont aussi fortement augmenté. En septembre 2018, l’ex-présidente du Chili Michelle Bachelet, devenue haute-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, a annoncé vouloir « envoyer du personnel en Italie pour évaluer la forte augmentation des actes racistes à l’encontre des migrants, des personnes d’ascendance africaine et des Roms ». Mediapart avait, en août 2018, recensé les victimes de ces actes odieux. Face au « silence complice » du ministre de l’intérieur Matteo Salvini, 200 000 personnes ont manifesté le 2 mars à Milan. Les photos et légendes d’Alessio Paduano montrent qu’en dépit de cette réprobation, ces agressions ont toujours lieu.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Alessio Paduano

    Le 11 juillet 2017, Jerry Boakye Henry, un Ghanéen de 29 ans, rentrait chez lui en bus à Castel Volturno, en Campanie, lorsqu’il s’est levé pour laisser son siège à une dame. Il a demandé à une personne devant lui de le laisser passer. L’homme l’a insulté et l’a ensuite attaqué par-derrière, d’abord en lui assenant un coup de poing, puis l’a roué de coups alors qu’il était au sol et sans défense. Jerry est tombé du bus. En plus de provoquer la paralysie des membres inférieurs, les coups ont également endommagé de façon irréversible la mobilité des bras et des mains. Les médecins lui ont diagnostiqué une paraplégie définitive des membres inférieurs et une diparésie des membres supérieurs.

    Une attaque à motivation raciale, d’autant qu’aucun désaccord ne l’a précédée et que Jerry ne connaissait pas son agresseur, comme l’a déclaré son avocat, Hillary Sedu. Aujourd’hui, Jerry n’a plus aucune autonomie motrice et a besoin d’infirmières et de médecins 24 heures sur 24. Paralysé dans un fauteuil roulant, il est hospitalisé dans le seul établissement pouvant lui garantir un long séjour : une clinique pour malades mentaux.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 10 photos
par Photos Steven Wassenaar Textes Alexia Eychenne
Portfolio — 13 photos
par Photos Yulia Nevskaya Textes Estelle Levresse
Portfolio — 9 photos
par Antton Rouget, Sarah Brethes et Valentine Oberti
Portfolio — 20 photos
par Sadak Souici (photos) et Théophile Simon (texte)

À la Une de Mediapart

Journal — International
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — International
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — France
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni
Journal — France
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi