L’agriculture verticale, un marché qui pousse

16 photos

Les « fermes verticales » pratiquant la culture en étages et en ville, divisant par trois, quatre, voire plus l’emprise au sol, seront-elles une partie de la solution pour nourrir les habitants des grandes cités ? Circuits courts, zéro pesticide, économie d’eau, le modèle est tentant mais reste balbutiant, fragile. On y trouve un fourre-tout de plantations high tech et traditionnelles.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Patrick Artinian

    Château-Thierry (Aisne), zone industrielle d’Épaux-Bézu, 6 juillet 2022. Plantation de basilic sur plusieurs plateaux d’une des six tours de la start-up Jungle. Pour circuler parmi les tours de 9 mètres de hauteur, composées chacune de deux fois 26 plateaux de plantations, il faut revêtir blouse, charlotte et surchaussures, car c’est dans une zone stérile que poussent salades, basilic, shiso, herbes aromatiques diverses, fleurs et micropousses.

    Chez Jungle, on cultive en hydroponie, un type d’agriculture hors-sol où l’on sème sur un substrat inerte et où l’on alimente les plantes avec de l’eau de pluie récupérée, chargée en nutriments et en sels minéraux. La formule n’est pas entièrement nouvelle, il se dit que les jardins suspendus de Babylone fonctionnaient de cette façon. La différence, c’est qu’ici, on est à l’intérieur d’un hangar (4 000 mètres carrés appartenant à William Saurin, actionnaire de Jungle par sa holding Cofigeo) et que le soleil est remplacé par des leds. Avantages du système : on consomme peu d’eau, on occupe peu de terre, on n’utilise aucun pesticide et on reste parfaitement indifférent aux intempéries. De plus, on peut cultiver des plantes rares à forte plus-value qui, jusqu’à présent, étaient souvent importées. Reste le problème de la consommation électrique des leds dont les opérateurs espèrent diminuer l’impact grâce aux progrès techniques diminuant la consommation et à l’achat ou la production d’électricité verte.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 16 photos
par Photos et textes Isabelle Eshraghi
Portfolio — 10 photos
par Photos Steven Wassenaar Textes Alexia Eychenne
Portfolio — 13 photos
par Photos Yulia Nevskaya Textes Estelle Levresse
Portfolio — 9 photos
par Antton Rouget, Sarah Brethes et Valentine Oberti

À la Une de Mediapart

Journal — France
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — International
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal — France
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — International
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri