Madagascar: le vol de zébus vire au meurtre de masse

19 photos

À Madagascar, les vols de zébus commis par des jeunes qu'on appelle « dahalo » ou « malaso » sont le lot quotidien des populations du Sud. Cette tradition ancestrale, voire ce « sport régional », moyen pour les jeunes de prouver leur virilité, n'était autrefois cataloguée qu'au rang de petit délit de brousse. Mais depuis 2012, le vol de zébus est devenu affaire d’État : face au groupe de dahalos armés de fusil d'assaut, entraînés militairement et n'hésitant pas à tuer, des villages mènent des opérations de vengeance et l’État envoie l'armée. Entre mars et mai 2014, on compte plus de 100 morts et des milliers de réfugiés à la suite d'attaques de dahalos. Et les militaires sont accusés d'intimidations, de violence et de destruction de villages entiers.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Rijasolo / Riva Press

    Amboasary Sud. Juin 2014 – Portrait de Remenabila, l’ex-ennemi public numéro un. En 2012, Remenabila et les 200 à 300 personnes qui auraient été sous ses ordres ont volé plusieurs milliers de zébus et assassiné, en juin, 12 gendarmes à Iabohazo. Cette affaire déclenchera une opération militaire d'envergure, l'opération Tandroka, censée rétablir l'ordre et capturer Remenabila, mort ou vif. Aujourd'hui, Remenabila est considéré comme mort par les autorités sans qu’il y ait eu des preuves formelles de son décès. Pour autant les vols de zébus n'ont pas cessé et, de l'aveu des autorités, ont même pris de l'ampleur. On parle d'un successeur à Remenabila dénommé Rekamainty.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 14 photos
par Maïté Baldi / Hans Lucas
Portfolio — 16 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Isabelle Eshraghi

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal — International
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — International
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — International
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini