Un cri de colère contre les féminicides

11 photos

Devant le Panthéon, le collectif féministe « On arrête toutes » a restitué le 20 juin le scénario macabre des 66 féminicides perpétrés en France depuis le début de l’année 2019. L’action s’inscrit dans une ambition plus large, celle de lancer le 8 mars 2020 une grève massive des femmes, comme en Suisse ou en Espagne. Lire aussi notre enquête : Des féminicides qui auraient pu être évités

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Pierre Michel Jean

    À 19 h 40, ce jeudi 20 juin, elles sont 66 femmes, maquillées de sang et de bleus, à se tenir debout en rangées sur l’esplanade du Panthéon à Paris. Toutes représentent des femmes tuées en France par leur conjoint ou anciens compagnons depuis le 1er janvier, selon le décompte du groupe Féminicides par compagnons ou ex.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 17 photos
par Jan Schmidt-Whitley / Le Pictorium
Portfolio — 15 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Gabriel Gauffre et Sadak Souici / Agence Le Pictorium

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal — France
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — France
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge