Un œil sur la nature

Par

Au plus près de la matière ou de loin, dans le paysage ; derrière les murs d’un jardin botanique ou dans l’humidité d’un marais ; dans les profonds verts des ombrages ou sous une luminosité écrasant les couleurs, les photos de Laetitia Gessler maintiennent toujours la nature vivante, vibrante.

Mots-clés

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne
  1. Intérieurs, moyen format argentique, 2008 et 2009.
    « Dans les jardins botaniques est recréée, dans un intérieur, une nature existant à l’extérieur, une nature transformée et adaptée. Elle devient une illusion et un simulacre, écrit Laetitia Gessler. Il y a là un paradoxe, étant à la fois à l’intérieur, enfermée dans les serres, et à la fois dans une forêt reconstituée avec cette idée de la jungle comme projection de nos fantasmes d’une nature vierge et sauvage, mais sans les dangers qu’elle implique. Dans ces jardins botaniques, la végétation semble incapable de s’épanouir hors des limites définies par les murs de la serre. Cette série a été réalisée dans les jardins botaniques de Berlin, Paris et Genève. »

  2. Intérieurs, moyen format argentique, 2008 et 2009.

  3. Intérieurs, moyen format argentique, 2008 et 2009.

  4. Intérieurs, moyen format argentique, 2008 et 2009.

  5. Au sud de la frontière, moyen format argentique, 2011.
    « Cette série à été réalisée au Pérou, pendant l’hiver. J’avais reçu un vieux Rolleiflex appartenant à la grand-mère d’une amie, une des premières femmes à avoir réalisé des photographies en haute montagne en Suisse au milieu du siècle. Dans ce petit village au sud de la frontière équatorienne, le temps semblait suspendu et vaporeux, comme la mer dont l’horizon était porteur d’attentes. Ces paysages infinis me semblaient résonner avec ceux que le boîtier avait dû figer plus d’un demi-siècle auparavant dans un autre temps et continent. »

  6. Au sud de la frontière, moyen format argentique, 2011.

  7. Au sud de la frontière, moyen format argentique, 2011.

  8. Au sud de la frontière, moyen format argentique, 2011.

  9. Paysages de Niort, moyen format argentique, 2008.
    « Cette série a été réalisée pendant une résidence aux Rencontres de la jeune photographie internationale à Niort. Au début de cette résidence, je n’avais d’autre envie que de me laisser imprégner par les différentes ambiances de la ville et de ses environs. J’ai passé plusieurs jours à les visiter et à me laisser guider par ce que je captais autour de moi. J’ai ainsi récolté un grand nombre d’images de sujets très variés, portraits, architectures et paysages. Après avoir examiné toutes ces images, ce sont celles de végétations qui se sont nettement démarquées. Il y a, en effet, quelque chose de particulier avec la nature ici. Elle est présente partout et de manière très intense. Dès que l’on s’éloigne plus de dix minutes à pied de la ville. Elle semble à la fois sauvage, mais toujours domestiquée par la trace discrète de l’homme. C’est là que j’ai passé la majorité de mon temps lors de cette résidence. »

  10. Paysages de Niort, moyen format argentique, 2008.

  11. Paysages de Niort, moyen format argentique, 2008.

  12. Paysages de Niort, moyen format argentique, 2008.

  13. Paysages de Niort, moyen format argentique, 2008.

  14. Paysages de Niort, moyen format argentique, 2008.

  15. Paysages de Niort, moyen format argentique, 2008.

    • Née en 1985 à Lausanne, la photographe Laetitia Gessler vit et travaille en Suisse. Elle est l’une des photographes invitées à l'exposition « Paysage(s) en vue(s) » 
      Salle capitulaire de Saint-Maixent-l’École (79400)
      Ouverture les mercredis de 14 h à 18 h et les samedis de 9 h 30 à 12 h 30
      ou sur rendez-vous en téléphonant au 06.42.60.81.60. Entrée gratuite.

      Jusqu’au 28 février

Voir tous les portfolios

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous