Quand la CIA s'attelait à démanteler la gauche intellectuelle française

Par Gabriel Rockhill

Dans un rapport écrit en 1985 et qui vient d'être rendu public, on découvre que la CIA a suivi de près la vie intellectuelle française. Un Sartre sous surveillance, des « nouveaux philosophes » appréciés, Foucault et Derrida analysés… Des agents secrets se sont ainsi plongés dans l'étude de la French Theory. Objectif : aider aux fractures de la gauche intellectuelle et alimenter la guerre culturelle mondiale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On suppose souvent que les intellectuels n’ont que peu ou pas de pouvoir politique. Perchés dans une tour d'ivoire privilégiée, déconnectés du monde réel, empêtrés dans des débats académiques insignifiants portant sur de minutieux détails de spécialistes, ou flottant dans les nuages abstrus de la haute théorie, les intellectuels sont régulièrement représentés non seulement comme coupés de la réalité politique mais également incapables d’avoir le moindre impact significatif sur elle. La Central Intelligence Agency (CIA) pense autrement.