Jacques Bouveresse : «La presse doit résister à la soumission»

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Pour se tenir informer des enseignements et des recherches en cours de Jacques Bouveresse, on peut consulter sa page personnelle sur le site du collège de France.

 

Certains des cours de Jacques Bouveresse sont disponibles sous forme de podcasts sur le site du Collège de France.

 

En mai 68, Jacques Bouveresse, qui avait 27 ans, fut interviewé aux côtés d'autres normaliens par Pierre Desgraupes pour Cinq colonnes à la une.

 

Rationaliste déterminé, Jacques Bouveresse est toujours attentif aux supercheries scientifiques, ce qui l'a conduit à intervenir dans le cadre de « L'affaire Sokal ». On peut lire ici le texte d'une conférence donnée à l'université de Genève à ce propos.

 

Jacques Bouveresse est un philosophe très commenté par ses pairs, en France et à l'étranger : on peut lire en ligne le chapitre d'un livre de Jean-Pierre Cometti qui lui est consacré.

 

Contributeur occasionnel du Monde Diplomatique, Jacques Bouveresse y a publié en 2006 un article sur les intellectuels médiatiques et les penseurs de l'ombre, dans lequel il aborde, entre autre, les ouvrages récents de Perry Anderson et de Jacques Rancière.

 

Ami de longue date de Pierre Bourdieu, il a écrit pour Les Inrockuptibles un texte d'hommage au moment de la mort du sociologue en janvier 2002.

 

Lors de la publication en 2005 pour la première fois en français du texte majeur de Karl Kraus sur la monté du nazisme, Troisième nuit de Walpurgis, Jacques Bouveresse a publié une très longue préface. On peut lire ici un entretien qu'il m'avait accordé à cette occasion.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous