La dernière interview de Mahmoud Darwich

Par
A l'occasion d'un récital à Arles, le poète Mahmoud Darwich explique à Mediapart pourquoi il refuse le rôle de «conscience palestinienne», parle du rôle du poète débarrassé du fardeau de la chronique des événements et plaide pour une poésie moderne qui assume la tradition littéraire au lieu de la rejeter.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Quand le monde est trop bruyant, le poète doit parler à voix basse.» Mahmoud Darwich susurrait désormais. «Peut-être qu'il doit hausser la voix quand il n'y a que du silence, pour provoquer quelque chose, concèdait-il, en ce mois de juillet 2008, trois semaines avant l'opération qui l'emporta. Mais j'essaie de ne pas être sous la pression de l'actualité, parce que par définition ce moment est passager.»