Pour une intelligence hospitalière du monde, face à la peur des migrants

Par

Un colloque passionnant s'est tenu au Collège de France : « Migrations, réfugiés, exil. » Face aux déclinistes névrotiques et aux convulsionnaires racistes, c'était tabler sur l'entendement du monde. Compte-rendu… transporté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Collège de France a fait le pari de l’intelligence politique en organisant, du 12 au 14 octobre, un colloque salutaire et suivi avec passion : « Migrations, réfugiés, exil. » Alors que le galimatias haineux de l’extrême droite semble avoir contaminé la République – le discours sur les migrants est devenu fielleux à droite et frileux à gauche –, il était juste et bon que des voix à la fois scientifiques et civiques s’élevassent. Les migrations ne menacent pas, elles fécondent. N’en déplaise au sens commun paniqué, chicaneur, vétilleux, hermétique à l’Autre, voire raciste.