CIF: le bras de fer avec l'Etat continue

Par

L’assemblée générale des actionnaires du Crédit immobilier de France (CIF) a désavoué jeudi 24 janvier le conseil d’administration, coupable à ses yeux d’avoir entériné le protocole d’extinction de l’activité que le Trésor et l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) veulent leur imposer en échange de la garantie de l’État.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’assemblée générale des actionnaires du Crédit immobilier de France (CIF) a désavoué jeudi 24 janvier le conseil d’administration, coupable à ses yeux d’avoir entériné le protocole d’extinction de l’activité que le Trésor et l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) veulent leur imposer en échange de la garantie de l’État. La première victime de la poursuite de ce bras de fer est Michel Bouvard, ancien parlementaire UMP et ancien président de la commission de surveillance de la CDCC, dont les actionnaires ont refusé de ratifier la nomination à la tête de l’établissement de crédit.