Inondations: l'impuissance écologique

Par

Depuis vingt-cinq ans, les inondations meurtrières se succèdent en France,  symptôme de l'impuissance de notre pays à faire vivre l'écologie de ses territoires et à organiser une prévention tournée vers les personnes les plus menacées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La « catastrophe sans précédent » des Alpes-Maritimes a été précédée de multiples épisodes similaires et elle était à peu près aussi imprévisible que le retour de Noël en décembre. Principal risque naturel en France, les inondations frappent par leur caractère répétitif : Nîmes en 1988, Vaison-la-Romaine en 1992, l’Aude en 1999, le Gard en 2002, Montpellier en 2005, le Var et La Faute-sur-Mer en 2010, l’Hérault en 2012, la Bretagne, l’Hérault, le Gard et le Var en 2014, Montpellier puis les Alpes-Maritimes en 2015, pour ne citer que les épisodes principaux… La litanie des désastres aquatiques et son cortège de morts – plus de 200 victimes depuis 1988 – ne permettent pas de parler de fatalité ni de surprise.