A Romorantin, «le maire, on l’appelle Louis XIV»

Par Nassira El Moaddem

Dans la sous-préfecture du Loir-et-Cher, le maire sortant, Jeanny Lorgeoux, espère rempiler pour un septième mandat en recyclant les mêmes recettes. Dans la ville, en souffrance depuis la fermeture des usines Matra, de nombreux habitants rêvent d'un changement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Romorantin (Loir-et-Cher), envoyée spéciale.– À celle ou celui qui ose dire qu’il est temps qu’il laisse sa place, Jeanny Lorgeoux, qui vient de fêter ses 70 ans, a inlassablement la même réponse : il est en pleine forme et il a encore plein de projets pour « sa » ville. Il s’était engagé pourtant à ne pas se représenter en 2020. C’était avant sa défaite aux élections sénatoriales de 2017. Désormais, le voilà prêt à briguer un nouveau mandat, le septième, lui qui est à la tête de la capitale de la Sologne depuis... 1985.