Caméras-piétons : révélations sur un naufrage

Par Pierre Edmond

Le coût du marché signé par le ministère de l’intérieur en 2018 a explosé, pour des caméras finalement inutilisables, selon un rapport de l'Inspection générale de l'administration que Mediapart s’est procuré. Ce document souligne aussi que de nombreux policiers se sont mis à filmer leurs interventions avec des caméras personnelles, « hors de tout cadre légal ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans son discours de clôture du « Beauvau de la sécurité », Emmanuel Macron a confirmé mardi le déploiement de 30 000 « caméras-piétons » d’ici à la fin de l’année, c’est-à-dire « une par patrouille », puis une par policier et par gendarme d’ici à la fin 2022. Une « véritable révolution », à l’entendre. Un outil paré d’au moins trois vertus : « dissuasion », « efficacité », « transparence »