Vous reprendrez bien une petite pastille Vichy?

Par Laurence De Cock et Mathilde Larrère

Marine Le Pen a rouvert le dossier de la responsabilité de la France dans la rafle du Vél’ d’Hiv’. En reprenant la doxa gaulliste qui prétend que « la France » était à Londres pendant l’Occupation, le Front national, fondé par des anciens de Vichy biberonnés à l’antisémitisme, tente ainsi de se dédiaboliser.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

© Mediapart

Le 9 avril, Marine Le Pen a rouvert le dossier de la responsabilité de la France dans la rafle du Vél’ d’Hiv, et plus généralement dans l'extermination des juifs d’Europe. Les historiennes Laurence De Cock et Mathilde Larrère analysent le numéro d’équilibriste qui conduit le Front national, fondé par des anciens de Vichy biberonnés à l’antisémitisme et proche des milieux négationnistes, à tenter de se dédiaboliser en reprenant la doxa gaulliste qui prétend que « la France » était à Londres pendant l’Occupation. La récupération historique est un sport dangereux !

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale