Les hôtesses d’accueil, une féminité à vendre

Par

Les hôtesses d’accueil, dans les salons, les congrès ou dans le hall des entreprises, recrutées pour incarner « l’éternel féminin », souffrent d’une invisibilité de leurs tâches réelles, accentuée par une sous-traitance devenue la règle. Quels impacts sur leurs conditions de travail et leurs salaires ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vous les avez déjà vues, perchées sur des talons, dans les travées d’un salon de l’automobile, à l’entrée du siège d’une grande banque ou distribuant le micro aux invités d’un congrès, souriantes et discrètes. Le travail de ces hôtesses d’accueil, « jeunes, jolies et sous-traitées », pour reprendre les mots de l’ouvrage de Gabrielle Schütz, sociologue invitée de cet « Espace de travail », est pourtant rarement interrogé ou analysé.