Au cœur du scandale de l'UIMM (1/5) -107 ans de manœuvres et d'intrigues

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

• L'UIMM KÉZAKO ?

 

L'UIMM représente aujourd'hui 45.000 entreprises et environ deux millions de salariés. Parmi les principales entreprises adhérentes, quelques poids lourds de l'économie française comme Arcelor, Safran, Areva, Alstom, Renault, Peugeot... Le secteur représente quelque 380 milliards d’euros de chiffre d’affaires, dont 170 milliards d’euros réalisés à l’exportation.

 

 

• LA CHRONOLOGIE DE L'AFFAIRE

 

26 septembre 2007: Une enquête préliminaire pour "abus de confiance" concernant des retraits en liquide d'un montant de 16,5 millions d'euros, effectués entre 2000 et 2007 sur les comptes de l'UIMM, vise Denis Gautier-Sauvagnac, président et délégué général de l'UIMM, et président de la commission " relations du travail" du Medef.

 

23 octobre: M. Gautier-Sauvagnac révèle l'existence d'une caisse de 600 millions d'euros alimentée par les cotisations des entreprises.

 

24 octobre: Il démissionne de la présidence de l'UIMM.

 

20 octobre: Frédéric Saint-Geours est élu à la présidence de l'UIMM.

 

15 janvier 2008: M. Gautier-Sauvagnac est mis en examen pour "abus de confiance", "recel d'abus de confiance" et "travail dissimulé".

 

14 février: Dominique de Calan, délégué général adjoint de l'UIMM, est à son tour mis en examen.

 

21 février: Audition du témoin Annick Le Page qui met en cause la classe politique.

 

28 février: L'UIMM confirme des informations de presse sur le montant et les conditions des indemnités de départ fixées pour DGS.

 

1er mars 2008: Laurence Parisot, présidente du Medef, demande à tous les membres de l'UIMM qui exercent des mandats nationaux dans des institutions au nom du Medef de remettre immédiatement leur mandat. Démission du président de l'Unedic, Michel de Virville, qui avait négocié ses indemnités.

 

3 mars 2008: Départ de Denis Gautier-Sauvagnac et Dominique de Calan.

 

9 avril: Mise en examen de l'ex-président de l'UIMM, Daniel Dewavrin.

10 avril: Perquisition au siège du Medef.

 

16 avril: DGS est convoqué chez le juge.

 

26 mai: Frédéric Saint-Geours affirme que l'UIMM prendra en charge une partie des frais de justice de DGS, dans la limite d'un plafond.

29 mai: Nouvelle audition de Denis Gautier-Sauvagnac sur le fond.

 

18 juin: Le juge Le Loire va enquêter sur une éventuelle "subornation de témoins" à propos des contrats de départ de Denis Gautier Sauvagnac.

 

20 juin: L'UIMM décide réduit les indemnités de départ de DGS à 780.000 euros bruts. Soit deux fois moins qu'initialement prévu.

 

25 juin: Deux anciens dirigeants de l'UIMM, Jacques Gagliari et Pierre Chartron, sont mis en examen pour "recel d'abus de confiance". Ils sont soupçonnés d'avoir bénéficié de retraits en liquide.

 

4 juillet: Le directeur de gestion de l'UIMM, Henri de Navacelle, a été récemment mis en examen. Il a, lui aussi, profité de compléments de salaires occultes.


10 juillet: François Ceyrac, figure de la métallurgie et ancien président du CNPF (ancêtre du Medef), est placé sous le statut de témoin assisté.

 

• UN PEU D'HISTOIRE

 

Danièle Fraboulet, Quand les patrons s'organisent, Stratégies et pratiques de l'Union des industries métallurgiques et minières 1901-1950, éditions Septentrion, 25 euros.
Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous
A sa révélation en septembre 2007, l'affaire de la "caisse noire" de l'UIMM a sonné comme un coup de tonnerre dans le ciel économique, social et politique français. Ainsi, la plus puissante fédération patronale du pays -la métallurgie- dont le secteur représente chaque année un chiffre d'affaires de 380 milliards d'euros, a mis en place il y a trente ans un vaste système de retrait d'argent en liquide pour «fluidifier» la vie sociale, selon le mot de Denis Gautier-Sauvgnac, l'ancien président de l'UIMM! Imaginons un instant ces hauts dignitaires patronaux, héritiers directs du très artistocratique Comité des forges, aller retirer des liasses de billets pour "arroser" la vie publique... C'est digne d'un polar aux couleurs sépia. Mediapart, qui enquête depuis plusieurs mois sur l'affaire, a décidé de lui consacrer une série en cinq volets.