Yémen: derrière la guerre, la mainmise de Total sur le gaz

Par Morgane Remy et Eva Thiébaud

Profitant de la dépendance du Yémen aux hydrocarbures et de la bienveillance des autorités, la multinationale française s’est imposée à partir du milieu des années 1990 comme un acteur majeur dans la transformation et l’exportation de gaz. Alors que le pays veut relancer son activité, Total se retrouve plus que jamais en position de force.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«La reprise des exportations de gaz est importante pour le peuple yéménite. La population a besoin de nourriture, de médicaments, de services et d’éducation », déclare auprès de Mediapart Rajeh Badi, le porte-parole du gouvernement yéménite. Nul doute que le Yémen rêve de relancer ses ventes de gaz. L’unique usine de production du pays, détenue à près de 40 % par le géant français Total, pouvait en effet en fournir chaque année presque 7 millions de tonnes sous forme liquéfiée, avant son arrêt lié à la guerre en 2015.