En Afrique, la science a-t-elle appris de ses erreurs?

Par François Hume-Ferkatadji et Olivia Macadré

Formulée par deux médecins sur une chaîne d’information française, l'hypothèse de se servir de l’Afrique comme d’un terrain d’expérimentation a profondément heurté le continent. D’autant que l’éthique a progressé en matière de recherche scientifique dans les pays africains.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Abidjan (Côte d’Ivoire), correspondance.– Au mieux le ton était arrogant et inconséquent. Au pire, il dégageait des relents néocolonialistes nauséabonds, voire relevait de la provocation irresponsable. Lorsque Camille Locht, directeur de recherche à l’Inserm, et Jean-Paul Mira, chef du service de réanimation de l’hôpital Cochin, ont disserté en direct sur LCI sur le bien-fondé d’une potentielle étude du vaccin BCG contre le Covid-19 auprès des populations du continent africain, les réactions ne se sont pas fait attendre.